La Nouvelle Tribune

Héritage d'Omar Bongo : Ali joue au philanthrope

Espace membre

Ali Bongo a bon coeur. En tout cas c'est ce qu'il veut faire passer comme message. Lors du message à la nation à l'occasion de la fête d'indépendance, le président gabonais a voulu regagner le coeur de ses compatriotes, lui qui est violemment critiqué par l'opposition.

Pour se refaire une virginité et d'une pierre deux coups présenter feu Omar Bongo sous de nouveaux jours, puisque selon lui, la jeunesse était sacrée pour Omar Bongo,  le président gabonais a décidé de léguer tout son héritage personnel à la jeunesse gabonaise : « Aussi, face aux trop nombreuses difficultés, accentuées par une conjoncture économique difficile, j’ai décidé, avec le plein accord de mon épouse Sylvia BONGO ONDIMBA et de mes enfants, que ma part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise, car, à mes yeux, tous les jeunes de ce pays sont héritiers d’Omar BONGO ONDIMBA.  » a t-il déclaré, prenant par surprise les téléspectateurs. 

Pour aider la jeunesse gabonaise, Ali va donc verser tout son héritage à une fondation. Et cela ne s'arrête pas là! Avec ses frères et soeurs, ils vont céder en tout trois propriétés, une à Libreville qui servira d'université, et deux en France (destinées à l'Etat gabonais). Il est clair que le président gabonais et sa famille veulent regagner l'opinion publique du pays, après tous les scandales liés au clan familial: sa soeur avait été épinglée en France pour une affaire de livraisons de glaces et fleurs depuis l'étranger, et la famille d'une manière générale était sous le coup d'une action pour récupérer des biens supposés mal acquis. 

Récemment un de ses proches, Maixent Accrombessi d'originie béninoise et très décrié par la population gabonaise, avait été placé en garde à vue dans une histoire de commission occulte. Ali Bongo veut donc se faire pardonner par le peuple, pour renaître de ses cendres... les élections n'étant plus si loin. 

Lire Gabon : toute la richesse du sous-sol détenue par la France selon Mugabe