La Nouvelle Tribune

Burundi : assassinat du bras droit de Nkurunziza, Adolphe Nshimirimana

A lire

Afrique du sud : Jacob Zuma choqué des inégalités entre noirs et blancs malgré la fin de l’apartheid

Il y a pire que le terrorisme islamiste selon Bill Gates

se connecter
se connecter

Au Burundi, la tension risque de monter d'un cran. En effet, suite aux élections contestées et à l'élection de M. Nkurunziza, le pays est plongé dans une crise sans précédent. Crise qui vient de connaître un rebondissement avec l'assassinat ce dimanche du général Adolphe Nshimirimana bras droit de Pierre Nkurunziza.

Ce dernier était le chef de la sécurité intérieure, et désigné par plusieurs observateurs comme le bras droit de Pierre Nkurunziza. Sa voiture a été attaquée ce matin par une roquette tirée contre son convoi. Attaque confirmée quelques heures plus tard par le chef de la communication de la présidence. Dans cette situation exceptionnelle de crise nul ne peut prévoir la tournure des événements dans le pays déjà secoué par la crise présidentielle.