La Nouvelle Tribune

Nouvelle attaque de Boko Haram à Maroua : la nécessité de la collaboration de la population

Espace membre

Boko Haram a encore frappé au Cameroun. Et une fois encore dans la ville de Maroua qui avait déjà été frappée par deux attentats suicides il ya quelques jours a été prise pour cible.

Cette fois-ci, le groupe islamiste s'est attaqué à un bar fréquenté dans la ville du nord du pays. Boko Haram qui est acculé depuis plusieurs mois a donc effectivement changé de stratégie : semer la terreur sur son passage en envoyant des kamikazes faire la sale besogne. Mais dans ce type de guerre deux solutions s'offrent aux pays touchés : le renforcement des services de renseignement pour travailler en amont en empêchant au maximum ce genre d'actes, mais également une participation active de la population environnante.

En effet rien ne peut être fait, si des services de renseignement capables d'infiltrer les réseaux djihadistes ne sont pas mis sur pied. Tout comme en occident, il est important de suivre à la trace les mouvements suspects et pouvoir anticiper les actes terroristes. Mais dans l'attente de la mise en oeuvre de ce genre de service, la population se doit de participer activement à la lutte contre le terrorisme et donc à sa propre sécurité.

Il est nécessaire que les populations des villes touchées et environnantes participent en aidant les forces de l'ordre et les militaires en termes de renseignement et de signalement.  Chose sans lesquelles cette guerre qui n'en est pas une, (puisque les ennemis sont tapis dans l'ombre et vivent certaines fois avec les populations) ne peut être gagnée.

La participation de la population a déjà permis chez le voisin nigérian de déjouer quelques attaques kamikazes du groupe terroriste. C'est une stratégie qui ne demande pas une grande mobilisation financière et qui est ainsi adaptée à certaines zones rurales reculées prises pour cible par la secte islamiste.