La Nouvelle Tribune

Congo : Hollande pas opposé au maintien de Sassou Nguesso

Espace membre

Reçu ce mardi matin au palais de l’Elysée, Denis Sassou Nguesso, le président du Congo Brazzaville a, avec son homologue français, discuté de l’épineuse question de la révision de la constitution dans son pays. Le chef de l’Etat congolais doit dans le cadre d’un dialogue national qui s’ouvre samedi prochain, écouter l’ensemble de la classe politique du Congo sur la question de la gouvernance électorale et de la réforme des institutions.

Saisissant donc l’occasion de cette rencontre avec lui, le président François Hollande, selon un communiqué de l’Elysée a rappelé son attachement à la préservation et à la consolidation des institutions pour que la démocratie s’enracine sur le continent africain.

Hollande neutre

Dans ce débat de la révision de la constitution afin de permettre au président Sassou Nguesso de rester au pouvoir, le président François Hollande n’a pas pris de position pour ou contre. Selon le communiqué de l’Elysée, le président français a indiqué qu’il tient au respect des «principes de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Union africaine qui stipulent que les réformes constitutionnelles soient fondées sur un consensus ». C’est dire que si la classe politique congolaise s’accorde à faire une révision de la constitution qui laisse au président ayant déjà totalisé 30 ans au pouvoir de continuer à diriger le pays, François Hollande n’y verrait pas d’inconvénient.

Au-delà du Congo

La rencontre entre les deux chefs d’Etats ne s’est pas focalisée que sur le dossier congolais. Ils ont aussi discuté de la crise centrafricaine dans laquelle le président Sassou Nguesso est médiateur et du sommet de Paris sur le climat. Il faut signaler qu’avant cette rencontre, les deux présidents ont eu à plusieurs reprises des échanges téléphoniques pour parler des sujets d’intérêts communs, de sécurité sous régionale.