La Nouvelle Tribune

Burundi : réunion de dernière chance à Dar es Salam

Espace membre

Jamais deux sans trois. Les Etats d’Afrique de l’Est tiennent ce lundi 6 juillet 2015, un troisième sommet sur la crise au Burundi. Après l’insuccès des deux premières rencontres, les chefs d’Etats membres de l’Eac ont décidé d’organiser ce énième sommet pour essayer de désamorcer la bombe du chaos qui menace d’exploser le pays.

Acteur clé de cette crise, Pierre Nkurunziza, le président burundais n’est pas attendu à cette réunion. L’opposition burundaise, quant à elle, est fortement représentée à la rencontre de Dar es Salam. Selon Jean Minani, un des prétendants au fauteuil présidentiel, c’est une rencontre à l’issue de laquelle, on devrait passer à des « sanctions » contre le président Pierre Nkurunziza dont le gouvernement « n’a rien à faire, et ne veut rien entendre ». Au précédent sommet, les homologues de Pierre Nkurunziza avait entre autres, recommandé de désarmer les milices et d’engager un dialogue avec l’opposition. Ce qui n’a pas été pris en compte par le gouvernement de Pierre Nkurunziza qui a organisé les élections locales malgré le désordre dans le pays. L’opposant Minani, demande que des experts militaires soient envoyés pour aider à désarmer la milice Imborenakure. L’opposant suggère également, qu’une mission de constatation des violations des droits de ‘homme soit diligentée au Burundi où aux dernières nouvelles, le médiateur de l’Onu, Abdoulaye Bathily poussé à la démission par le gouvernement, aurait rendu sa démission.