La Nouvelle Tribune

Sécurité : l'Union africaine aura son service de renseignements

Espace membre

Dans une stratégie d'union et d'entraide entre les pays africains, il a été récemment décidé, lors de la 12ème conférence du comité ministériel des services d'information et de sécurité pour l'Afrique (CISA) de la mise en place d'un service de renseignement rattaché à l'Union africaine. 

La conférence ouverte lundi dernier à Malabo en Guinée équatoriale a permis de jeter les bases de ce service de renseignement qui fait cruellement défaut au continent. Ce service devrait permettre selon les participants et d'après les premières conclusions de la rencontre, de lutter plus efficacement contre le terrorisme en Afrique. Une bonne nouvelle pour les pays comme le Mali et le Nigéria qui doivent faire face à des groupes armés terroristes. Rappelons que le Nigéria a quant à lui choisit une stratégie totalement différente de celle du Mali, en s'alliant à ses voisins pour lutter contre Boko Haram plutôt que de faire appel aux armées occidentales.

Pour aider à la mise en place effective de ce projet, le président équato-guinéen Téodoro Obiang a décidé de financer la construction du siège de ce service de renseignement qui sera basé à Addis Abeba. Il faut également rappeler que l'initiative de la mise en place d'un service de renseignement avait été souhaitée il ya 11 ans, en 2004 par M. Obiang. 

A l'issue des débats, la présidence du Comité des ministres des services de renseignement et de sécurité pour l'Afrique a été accordée à M. Juan Antonio Biang Nchuchuma, ministre équato-guinéen de la sécurité extérieure