La Nouvelle Tribune

Madagascar : le président échappe à une destitution

Espace membre

Hery Rajaonarimampianina a évité de justesse à une destitution. Il doit cette chance à la Haute cour constitutionnelle qui s’est opposée à cette éviction du fauteuil présidentiel qu’avaient voulu les députés malgaches.

Le 26 mai dernier, le parlement malgache avait voté la destitution du président de la République Hery Rajaonarimampianina. Il lui est reproché de s’être rendu coupable de « haute trahison » notamment d’avoir eu des manquements au devoir de Président. Mais pour les juges de la Haute cour constitutionnelle, ces accusations ne sont pas fondées. L’accusation de haute trahison ont-ils expliqué, se rapporte à des importations d’armes dans le dessein de déstabiliser le pays.

Autrement, cela tient, ont-ils renchéri, du cas d’une association avec des forces étrangères contre l’intérêt du pays. Se fondant donc sur ces contenus donnés à l’accusation de haute trahison au Madagascar, les juges ont jugé non avérés les faits reprochés au président qui doit encore continuer à diriger le pays contre la volonté du parlement. Pour l’opposition au président Hery Rajaonarimampianina qui avait déjà demandé que des préparatifs pour une nouvelle élection présidentielle commencent, la Haute cour constitutionnelle a pris une décision incorrecte.

Mais pour les partisans du président, c’est une décision qui donne force à l’Etat de droit. Il faut rappeler que Hery Rajaonarimampianina a été élu président du Madagascar en 2013.