La Nouvelle Tribune

Togo : Faure encore très fort pour cinq ans

Espace membre

Echec pour ceux qui ont parié l’échec de Faure Gnassingbé à la présidentielle du samedi 25 avril 2015 au Togo. Sans surprise il sort vainqueur de ce scrutin à un seul tour avec plus de 55% des voies. A lui seul, sur les cinq candidats en lice, il a, selon les résultats officiels proclamés par la Céni, la commission électorale indépendante du Togo, recueilli 58,75% des suffrages exprimés.

Devançant ainsi avec près de 14 points, son principal challenger Jean-Pierre Fabre qui a obtenu 34,95% des voies. En attendant donc l’inévitable confirmation de ce résultat par Cour constitutionnelle togolaise, Taffa Tabiou, le patron de la Céni a sur la base de ces chiffres déclaré Faure Essozimna Gnassingbé « élu président » de la République du Togo. Et comme si elle se faisait porte-parole des Togolais la présidence a, aussitôt après la proclamation par la Céni, des résultats à priori provisoires, déclaré qu’il s’agit de la « victoire du peuple togolais » qui a choisi de maintenir le cap vers le progrès et ce, dans la paix.

L’homme fort

Faure, il n’est plus à en douter est après son défunt père Eyadéma Gnassingbé, « l’homme fort » du Togo. N’en déplaise à l’opposition qui doit continuer à se ronger les ongles pour encore 05 bonnes années dans l’espoir de pouvoir prendre une hypothétique revanche sur lui, puisque Muhammadu Buhari l’éternel opposant nigérian l’a fait il n’y a pas encore longtemps. Celui-ci doit d’ailleurs prendre service le 29 mai prochain si la terre demeurait. Ce rêve donc, l’opposition togolaise doit donc continuer à l’entretenir tout en se réorganisant pour occuper tout le territoire du pays sans se borner à la seule capitale Lomé comme fief.Selon un acteur de la société civile béninoise déployé comme observateur du scrutin au Togo Faure Gnassingbé n’a pas eu besoin de fraude pour battre ses adversaires. En dehors de Lomé et au fur et à mesure qu’on avance dans le Nord du pays, le jeune président sortant du Togo qui empoche un troisième mandat de cinq ans, a largement battu les quatre autres candidats sur la liste avec des scores sans appel.

La bataille de l’opposition

Après cet échec au scrutin présidentiel, l’opposition doit rapidement se remettre au travail. Notamment pour parvenir à obtenir d’abord la limitation du nombre de mandat. Sans quoi, C’est parti pour avoir un président à vie. Le Togo faut-il le rappeler est dirigé depuis 48 ans par la famille Gnassingbé. Après le père qui est mort au pouvoir après 38 ans de règne, c’est le fils Faure, de plus en plus fort qui tient le pays. Il est arrivé au pouvoir à l’âge de 35 ans en 2005. C’est dire qu’en 2020, il n’aura que 50 ans. Et Dieu seul sait que ce n’est pas à cet âge qu’un président accepte éventuellement et facilement un départ à la retraite. L’opposition a donc du pain sur la planche, pour ne pas dire sous.