La Nouvelle Tribune

Niger et Nigéria: Boko Haram sévit toujours

Espace membre

L’armée nigérienne a-t-on appris de source sécuritaire a essuyé une lourde défaite ce week-end face à la secte islamiste Boko Haram qui revient en force après une brève période d’accalmie. Avec toute une armada de combattants, plus de 2000 selon des témoins, la secte islamiste terroriste a envahi l’île de Karamga sur le lac Tchad où étaient positionnés quelques 120 soldats nigériens.

Boko Haram chasse dans un premier temps l’armée de l’île de Karamga avant 

En infériorité numérique, les soldats nigériens ont dû prendre la tangente après d’intenses échanges de tirs dans lesquels ils ont perdu beaucoup d’hommes. On parle de 48 militaires nigériens tués et 36 autres introuvables. Le ministère nigérien de la défense n’a pas eu le courage d’avancer les chiffres de cette considérable défaite face à une secte qu'on annonçait fragilisée. L’écho de la retentissante défaite est parvenu au président Mahamadou Issoufou qui a écourté une visite officielle pour revenir ordonner une opération d’urgence à l’issue d’une rencontre avec le conseil national de sécurité. Ceci, aux dernières nouvelles a permis à l’armée de reprendre le contrôle de l’île. Mais toujours est-il que Boko Haram reste toujours très dangereuse contrairement à ce que la coalition militaire dirigée par le Tchad tente de faire croire.

Au Nigéria, Boko Haram tue 21 personnes à Yobe

Dans l’Etat de Yobe au Nigéria, 21 personnes de sexe masculin ont été tuées par des hommes de Boko Haram a-t-on appris ce lundi des autorités locales. Des individus armés que les populations assimilent aux hommes combattants de Boko Haram ont arrêté les 21 hommes dans un village de l’Etat de Yobe appelé Bultaram avant de les abattre par balles. Cette énième exécution de civils intervient deux jours après l’assaut meurtrier de la secte islamiste contre l’armée nigérienne au petit matin de samedi.