La Nouvelle Tribune

Afrique du Sud : Mugabe choqué et dégoûté par les violences xénophobes

Espace membre

Les violences en Afrique du sud n'en finissent pas de provoquer des vagues d'indignation. Au Zimbabwe voisin, le président Robert Mugabe, également président en exercice de l'Union africaine s'est exprimé sur le sujet. 

Lors de la cérémonie des 35 ans d'indépendance du Zimbabwe dans un stade d'Harare, le président Robert Mugabe a dénoncé les violences affirmant être dégôuté et choqué par la situation. Pour lui, cela va de soi que tous les africains devraient être traités avec dignité en Afrique du sud : "j'aimerais exprimé mon choc et mon dégoût face suite aux événements de Durban. Traiter d'autres africains de cette horrible manière ne peut être tolérée par personne. "  a t-il dit. 

Lire : Afrique du Sud : Mugabe fustige les occidentaux

Le président Mugabe a également annoncé que son gouvernement avait mis en place une politique de rapatriement des ressortissants zimbabwéens vivant en Afrique du Sud. Il faut rappeler que le pays de Mandela compte près d'un million de zimbabwéens vivant sur son sol. Les violences contre les immigrés africains surviennent après la visite officielle de Robert Mugabe en Afrique du sud. Outre le Zimbabwé, le Malawi a également pris des mesures pour protéger ses ressortissants : près de 500 bus ont été affrétés pour ramener au pays les citoyens vivant en Afrique du sud. Le pays a également demandé au gouvernement sud africain de mieux protéger les étrangers vivant dans le pays. 

Le gouvernement de Jacob Zuma qui n'a pas vite pris en compte l'ampleur de la situation tente désormais de la maîtriser, avec beaucoup de mal. Le roi Zoulou, qui avait précédemment demandé aux étrangers de rentrer chez eux, s'est exprimé, affirmant que ses propos avaient été mal interprétés et que les violences n'étaient pas tolérables. 

Lire : Xénophobie en Afrique : les africains n'ont toujours rien compris