La Nouvelle Tribune

Affaire Karim Wade : Obama, Hollande, Ouattara et Sassou appelés au secours

Espace membre

L’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade bat des pieds et des mains pour obtenir la libération de son fils Karim Wade jugé pour enrichissement illicite dans un procès dont le verdict devrait être connu ce jour lundi 23 mars 2015 où la Cour de répression des enrichissements illicites doit rendre son verdict.

Un verdict très attendu faut-il, ajouter.  En attendant de connaître ce verdict,  il apparaît  intéressant  de savoir ce qui se fait en dehors du tribunal pour influencer la décision finale. A Dakar, la pression est à son paroxysme. L’ancien chef d’Etat, Abdoulaye Wade, se démène comme un beau diable pour sauver son fils avec des gestes désespérés. Dans ses tentatives de pression, le vieux Wade a indiqué qu’il a sollicité l’intervention du président américain Barack Obama et le chef d’Etat de l’ancienne puissance coloniale, François Hollande de même que ses pairs encore en exercice,  le congolais Sassou Nguesso et l’ivoirien Ouattara à s’intéresser au dossier du procès contre son fils. Ces actions remontent à février selon les précisions  données. Plus récents, à quelques heures du verdict de ce jour, samedi, il a fait désigner à une très grande majorité son fils comme candidat « irremplaçable » de son parti, le Parti démocratique sénégalais (Pds) à la prochaine élection présidentielle.

Une si longue lutte

Les actes de la  lutte de Gorgui, le vieux  Wade pourrait remplir  des pages entières d’un best-seller de père désespéré au secours de son fils malgré le poids de ses 89 ans bientôt.  Menaces, insultes, appel à peine voilé à un soulèvement populaire… Wade use de tous les moyens que lui donne son inspiration pour atteindre son unique but, sortir son fils de la cage  dans laquelle il est maintenue depuis 02 ans.  Il ne craint plus de passer pour un vieux qui perd la précieuse sagesse qui caractériserait les personnes de son âge. Sur ce, on se rappelle des injures qu’il a lancées contre les origines lointaines de l’actuel chef de l’Etat Macky Sall qu’il accuse d’avoir monté un procès politique pour éliminer Karim  Wade, présenté comme unique candidat de poids face à lui.

>> Sénégal : sort scellé pour Karim Wade selon l’ambassadeur français Paganon

Au verdict de ce lundi 23 mars, il a appelé ses nombreux partisans à se rendre devant la Crei.  Un appel qui fait craindre le pire étant donné qu’il  avait clairement indiqué qu’il est prêt à faire recours à la rue pour gagner ce qu’il appelle un procès politique. S’il le faut a-t-il aussi dit, il laisserait sa vie dans ce combat. Et prévenant Macky Sall de ce qui pourrait survenir  Me Wade a assuré que l’actuel chef d’Etat aura signé sa fin précoce de mandat si son fils était emprisonné. Autant de déclarations tendancieuses qui font dire que Wade veut embraser le Sénégal pour sauver son fils. Arrivera-t-il dans ce pays d’une culture démocratique légendaire en Afrique ? Wait and see.