La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo échappe à une vindicte populaire

Espace membre

Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, aura passé une mauvaise matinée ce lundi 23 février 2015. Pour se rendre au palais de la justice où elle comparaît dans le cadre des assises ouvertes  contre les présumés auteurs d’atteinte à la sureté de l’Etat lors de la crise poste-électorale de 2010, elle a dû essuyer des invectives des victimes qui l’attendaient de pieds fermes.

Visiblement, la masse de victimes amenées par M. Issiaka Diaby, président du collectif des victimes, voulait en découdre avec l’ex-première dame apparue toute souriante et détendue dans une longue robe. Si les victimes du groupe de M. Diaby n’ont pu l’atteindre pour lui arracher la robe fleurie vert-marron ou lui défaire ses cheveux soigneusement nattées, ce n’est pas par faute d’avoir essayé. Leurs tentatives pour atteindre Simone Gbagbo ont échoué face au cordon sécuritaire qui l’entourait.

Aux assises qui sont en cours, comparaissent avec l’ex-première dame, 82 autres proches de l’ancien président Laurent Gbagbo qui lui-même est gardé dans les mailles de la Cour pénale internationale (Cpi) avec son ancien général de la rue, Charles Blé Goudé. Ils y sont poursuivis pour des crimes contre l’humanité et crimes de guerre qu’ils auraient orchestrés et qui a fait selon les chiffres officiels 3000 victimes.