La Nouvelle Tribune

Victoire de François Hollande aux primaires socialistes : la Gauche en marche vers l’Elysée

Espace membre

(Une triple victoire pour la famille politique de Lionel Jospin) Les militants et partisans du Parti socialiste français ont préféré, dans leur grande majorité, François Hollande à Martine Aubry pour les représenter à la présidentielle de l’année prochaine. Le second tour des primaires citoyennes tenues, dimanche dernier, s’est soldé par une large victoire de François Hollande. Il devient de facto le challenger numéro un de Nicolas Sarkozy.

Avec plus de 56% des suffrages exprimés, François Hollande est sorti vainqueur du second tour des primaires socialistes et se donne plus de chance pour la conquête de l’Elysée en mai 2012. Venu en tête du premier tour, du dimanche 09 Octobre passé, François Hollande était donné favori par les sondages.

Les socialistes, en votant majoritairement pour lui, ont fait le choix de celui dont ils pensent avoir la capacité de défaire Nicolas Sarkozy. En effet, les derniers sondages donnent Hollande vainqueur de la présidentielle de 2012 face à ce dernier. Certains sondages révèlent d’ailleurs que 58% des Français ne veulent pas de l’actuel locataire de l’Elysée comme leur président en 2012. C’est donc dire qu’on s’achemine vers le retour de la Gauche à l’Elysée. Et la victoire du Parti socialiste aux dernières sénatoriales avait été vue comme un signe de la nécessité de l’alternance lors de la présidentielle de l’an prochain.

L’organisation de ces primaires et leur réussite constituent une triple victoire pour le parti socialiste qui vient, par ricochet, de faire une grosse opération de charme. Sur le plan politique, c’est une victoire démocratique. Le Ps vient de donner une leçon de démocratie non seulement à la classe politique française toute entière, mais aussi à celle de ses ex-colonies d’Afrique où, ce mode de désignation est inexistant. Pour François Hollande, il s’agit «d’un processus irréversible qui s’impose à toutes les familles politiques françaises». La deuxième victoire est d’ordre médiatique. L’élection de François Hollande et la réussite de la tenue de ces primaires constituent un grand coup médiatique pour un parti dont l’image avait été réduit avec l’affaire Dominique Strauss-Kahn qui a éclaté en mai dernier. L’ancien directeur général du Fond monétaire international (FMI) était perçue comme le grand favori aussi bien pour les primaires socialistes que pour la course à l’Elysée. En troisième lieu, il s’agit de la victoire de la gauche française, surtout avec la réussite de l’organisation et le taux de participation qui a connu une hausse de 6% comparativement à celui du premier tour. Et le fairplay exprimé par Aubry qui a aussitôt reconnu sa défaite et le discours rassembleur de François Hollande vient consolider les liens entre les socialistes français qui disposent désormais de plus d’arguments et de forces pour ravir le pouvoir à la droite qui est, en réalité, non seulement moins unifiée mais plus défavorisée par la gouvernance Sarkozy que la majorité des français considèrent comme «un échec, une déception».