La Nouvelle Tribune

L’Afrique doit être fière de ses athlètes au sortir de Daegu selon le président de la CAA

Espace membre

Du congrès de l’IAAF avec ‘’la brillante réélection’’ de Lamine Diack à la présidence de l’IAAF et des résultats des athlètes africains, le président de la Confédération africaine d’athlétisme a dit toute sa joie et sa fierté de voir l’Afrique briller ainsi. Dans cet entretien avec des envoyés spéciaux de la presse africaine à Daegu, il a évoqué les prochains championnats d’Afrique d’athlétisme.

Le Congrès de l’IAAF : Nous sommes heureux de noter que nos préoccupations ont été prises en compte notamment avec la brillante réélection de Lamine Diack à la présidence de l’instance dirigeante de l’athlétisme mondial pour quatre ans. Au congrès de la CAA de Yaoundé, les délégués africains avaient pris une motion en sa faveur et le monde a suivi avec cette brillante réélection pour quatre ans encore pour continuer son œuvre sur le renforcement de la première place de l’athlétisme comme premier sport olympique. Mais aussi la démocratisation de l’organisation des grands événements qui se passent en Europe, en Asie mais aussi en Afrique avec les Challenges meetings de Dakar et de Casablanca qui sont maintenant reconnus sur le plan international.

Au Congrès, l’Afrique qui a demandé six places au niveau du Conseil de l’IAAF, s’est retrouvée avec cinq places comme lors des précédentes rencontres. A défaut d’augmenter nos acquis, le continent a réussi à les conserver au niveau de l’instance de décision. Cela veut dire que l’athlétisme mondial reconnait notre place importante dans le développement de cette discipline.

Bilan de Daegu 2011 : Ce qui fait le plus plaisir au président de la CAA que je suis, c’est plus que les médailles du Kenya et de l’Ethiopie qui sont des habitués des podiums. Mais surtout c’est l’émergence de nouveaux pays et de nouvelles nations africaines dans le concert des nations médaillées   . Et dans ce sens j’ai accueilli avec joie et fierté la médaille d’or de la Botswanaise Amantle  Monsho et de la médaille de bronze du sauteur en longueur du Zimbabwe (Ngonidzashe Makusha). Il y a aussi le retour des pays du Maghreb avec la Tunisienne Habiba Ghribi au 3000m steeple. Ce sont des encouragements que si on met une tête de file dans les conditions, elle peut valoir d’énormes  satisfactions.

CIAD : C’est aussi une énorme satisfaction que ce centre après 2001 avec Amy Mbacké Thiam retrouve des couleurs avec Amantle Monstho sur la même distance du 400m. Cela veut dire que sur place il y a un potentiel énorme et des techniciens qualifiés pour les prendre en charge et j’espère que les dirigeants africains qui rechignaient à y amener leurs athlètes vont faire leur autocritique. L’autre question si on rappelle que c’est la seconde médaille d’or du CIAD sur le 400m, on peut réfléchir à transformer ce centre en une structure de haut niveau formant des sprinters longs. L’Afrique a beaucoup de potentialités à ce niveau, il faut creuser la question.

Bénin 2012 : Je suis très optimiste sur ces prochains championnats d’Afrique parce que nous sommes presque convaincus que les meilleurs athlètes du continent pour parfaire leurs préparations aux JO de 2012. Mieux encore, le Bénin est en avance sur les préparatifs et avec une implication des autorités et des populations. Conscient qu’il serait difficile de faire bien dans la participation de leurs athlètes, ils ont tout misé sur l’organisation et là ils sont entrain de faire un bon boulot. D’ailleurs, il a été tenu à Cotonou le Bureau exécutif de la CAA et des réunions importantes ont été faites avec les autorités et ça va dans le bon sens. Je suis optimiste quant à la réussite de ces championnats qui auront lieu à Porto Novo.