La Nouvelle Tribune

Sénégal: "les Wade" acculés de toutes parts

Espace membre

Plus rien ne va pour les Wade au Sénégal. Il ya quelques jours, le quotidien français l'Express révélait que Karim, le fils et ministre, avait demandé l'intervention de la France lors de la révolte populaire contre le ticket présidentiel du père, président. Démenti cinglant de la mouvance sénégalaise, les forces de l'ordre sénégalaise n'ont pas besoin de soutiens extérieurs... Ils ont aussi récemment accusés par le fils du guide libyen, Saïf Al-Islam d'avoir reçu plusieurs millions d'euros (20 plus exactement) de la part du Qatar pour demander publiquement le départ de son père, le colonel Mouammar Khadafi.

Dans les deux cas, il y eut un démenti formel de la part des autorités. Le hic? L'express citait dans son article Robert Bourgi, comme étant la personne que karim Wade a contactée pour solliciter l'aide de la France. Ce dernier a décidé de révéler toute la vérité:

Dans la nuit (du 27 au 28 juin), lorsque les évènements tragiques se déroulaient à Dakar, j'ai été réveillé (...) par Karim Wade qui me dit ceci: tonton, Dakar et le Sénégal sont dans une situation quasi insurrectionnelle. Les immeubles administratifs brûlent, ça brûle de tous les côtés, Il y a des milliers de manifestants et on ne sait jamais, des intérêts français peuvent être touchés", aurait ajouté le fils Wade, selon M. Bourgi. Je lui ai dit Karim, tu paniques, je voudrais que tu sois un peu plus cohérent. Il me dit on ne sait jamais, l'armée française est là pour quelque chose. Je l'ai immédiatement arrêté, je ne suis pas une autorité politique, je ne suis qu'avocat au barreau de Paris (...) En demandant une intervention, Karim Wade "pensait aux plus hauts échelons de l'Etat français" (....) je lui ai répondu qu'il s'agissait "d'une affaire sénégalo-sénégalaise"...

Contraint pas la population en furie, Wade (le père) a retiré son projet de ticket présidentiel. Plusieurs personnalités du pays, ont, depuis lors,  à plusieurs reprises ont exigé qu'il renonce à sa candidature en 2012,  la traitant d'anticonstitutionnelle.

Wade a, de par les actes posés ces dernières années, ajoutés aux erreurs de ces derniers mois et au délestage intempestif dans le pays, jeté le pavé dans sa propre marre. Il se retrouve lui et son fils contraints au départ en 2012... sauf miracle! Le tout est de savoir si celui qui appelle son homologue au départ parce que son peuple ne voudrait plus de lui, peut lui-même aller à l'encontre de la volonté de son propre peuple!