La Nouvelle Tribune

Visite de Wade à Benghazi: les rebelles de Casamance veulent aussi la satisfaction de leurs revendications

Espace membre

Sénégal -  Après le voyage de Wade qui a créé un tollé en Afrique noire, les rebelles de la Casamance (au sud du sénégal) ont profité de l'occasion pour faire entendre au monde leurs revendications. C'était hier mardi 14 juin au micro de RFI.

Décidément la visite de Wade aux rebelles libyens ne cesse de créer des polémiques. L'Afrique déchirée entre désir de souverainisme et volonté de se débarrasser de ses dictateurs, vacille. Accuser Wade ou le féliciter de participer au départ d'un des derniers dictateurs (ou bienfaiteurs, selon le camp dans lequel se situe le lecteur) du continent? Traité de tous les noms, Wade est aussi accusé entre autres de vouloir faire plaisir aux occidentaux pour préparer le terrain à son fils Karim Wade pour les prochaines présidentielles.

Profitant de l'occasion, les rebelles de Casamance ont donné de la voix. Wade ne peut pas selon eux aller régler un conflit dans un autre pays, alors que le sien est soumis à un conflit depuis bientôt trente (30) ans.

"Avant d'aller régler d'autres problèmes il faut balayer devant sa porte et même dans sa maison. Nous notre priorité c'est la casamance. Notre chère casamance, à qui nous ne cessons pas de pleurer nos morts, depuis 30 ans maintenant."

Intervention de Souaïbou Kamougué Diatta l'un des responsables historiques du mouvement sur RFI

{play}http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201106/SENEGAL_son_Souaibou_Kamougue_Diatta.mp3{/play}