La Nouvelle Tribune

Communiqué sur le point de la situation à Abidjan

Espace membre

1. POINT DE SITUATION A ABIDJAN

a. Yopougon
La commune de Yopougon a fait l`objet de vols et pillages. Le Premier Ministre, Ministre de la Défense, s`indigne et condamne ces actes avec la dernière énergie. Il renouvelle ses instructions à l`endroit des Forces Républicaines pour prendre les dispositions militaires en vue de neutraliser tous ces criminels et autres bandits de grand chemin qui prétendent être des éléments des Forces Républicaines.

De toutes les façons, Le Premier Ministre, Ministre de la Défense, Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, met sévèrement en garde tous les soldats car il lui revient de manière persistante qu`eux aussi perpétreraient des pillages.

Le Tribunal Militaire d`Abidjan a repris du service ; les portes de la Maison d`Arrêt d`Abidjan sont grandement ouvertes.

Tout soldat qui sera pris en flagrant délit de vol ou pillage ou se fera complice sera mis entre les mains du Tribunal Militaire pour être jugé, jeté en prison et radié.


b. Le reste du district d`Abidjan

Situation calme.

Le Premier Ministre, Ministre de la Défense, encourage les populations pour les souffrances endurées et les désagréments qui leur sont causés quotidiennement par certains éléments.

Il réitère son appel aux populations civiles pour une véritable complicité avec les Forces Républicaines, de Gendarmerie, de Police, de la Force Licorne et des Troupes de l`ONUCI aux fins d`interventions rapides.

Les informations doivent être fournies aux différentes patrouilles sans idée de vengeance ni sur fond de règlement de compte.

2. POINT DE SITUATION AU NIVEAU DE LA ZONE COTIERE


Les derniers combattants à la solde de l`ex-président, Laurent Gbagbo, étaient :

- des mercenaires libériens ;

- des miliciens ivoiriens.

Ce sont eux qui ont pris en otage la vaste commune de Yopougon. Mis en déroute les 03 et 04 mai 2011, ils ont pris la direction de leurs régions natales.

Traqués par les Forces Républicaines, la Gendarmerie et la Police, ils pratiquent, en fuyant, comme dans les départements de Toulepleu, Bloléquin, Guiglo et Duékoué, la tactique de la terre brûlée : plus rien ne doit exister après leur passage.

Ainsi,

➢ le 05 mai 2011,

• à Irobo, localité située à 25 km de Grand Lahou, les mercenaires et miliciens tuent seize (16) personnes : hommes, femmes et enfants.

• à Grand Lahou, à l`entrée de la ville, mercenaires et miliciens assassinent vingt sept (27) personnes dont deux (02) soldats des Forces Républicaines et le Colonel Major AHOUMAN Brouha Nathanaël, anciennement Comandant du GSPR. Il était 11 H 30.

Le Colonel Major AHOUMAN a été appréhendé à Loboli, son village natal. Il était sur le point d`être conduit par les éléments des Forces Républicaines aux Autorités à Abidjan, lorsque les mercenaires libériens l`ont abattu comme les deux soldats des Forces Républicaines.

• à Fresco, un soldat des Forces Républicaines, un homme et une femme tous deux civils, sont faits otages par les mercenaires et miliciens puis abattus entre Fresco et Sassandra.

Plus de trente (30) mercenaires et miliciens tués au cours des affrontements.

Depuis Dabou, mercenaires libériens, miliciens et soldats égarés pro-Gbagbo progressent soit à pied en empruntant des pistes ou aux moyens de véhicules arrachés à leurs propriétaires.

• à Jacqueville,

Situation calme. Les activités économiques ont repris.

➢ les 05 et 06 mai 2011,

Les mercenaires et miliciens atteignent Sassandra. Ils sont à bord de véhicules 4X4 et des KYA. Ils commettent de nombreuses exactions dans les villages :

- Gonfroto : cinquante deux (52) personnes tuées dont :

• un autochtone Godié ;

• le reste, cinquante et une (51) personnes, allogènes Baoulés, Sénoufos, Lobis et allochtones Burkinabés.

- Niégréboué : sur indication des miliciens Godiés et bétés, les mercenaires libériens tuent froidement également vingt cinq (25) personnes : hommes, femmes et enfants, Baoulé, Sénoufos, Lobis et Burkinabés.

- Zégréboué : alertés, allogènes Ivoiriens et allogènes Burkinabés réussissent à déserter le village. Mercenaires et miliciens sont accueillis en fanfare par le Chef de village. Nourriture en abondance ; l`alcool coule à flot.

- Adébem : DAPLE Timothée, Président de la jeunesse dudit village, frère cadet de Monsieur DAPLE Lazare, ex Directeur de Cabinet au Ministère de la Défense, fournit armes et munitions aux mercenaires et miliciens.
Les dispositions rigoureuses des Forces Républicaines, de la Gendarmerie et de la Police à Méagui et à Soubré empêchent les mercenaires libériens et miliciens pro-Gbagbo de poursuivre leur progression. D`où, situation calme à San-Pedro.

3. APPEL DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE LA DEFENSE A AMNESTY INTERNATIONAL ET AUX POPULATIONS DES REGIONS COTIERES

a. Appel à Amnesty International

La région côtière de la Côte d’Ivoire vit la même situation que celle qu’a connue la région du Moyen Cavally au mois de mars 2011.

Le Premier Ministre, Ministre de la Défense, prend encore une fois à témoin la Communauté Nationale et Internationale, particulièrement Amnesty International à qui il demande de parcourir la région s’étendant de Jacqueville à San-Pedro pour enquêter sur les exactions. Les responsabilités devront être objectivement situées.

b. Appel aux Populations

La page de Monsieur Laurent Gbagbo est définitivement tournée depuis le lundi 11 avril 2011. L`espoir des caciques de son clan est ruiné le 04 mai dernier avec la libération de la commune de Yopougon.

Le Premier Ministre, Ministre de la Défense, fait savoir aux populations ivoiriennes que la guerre est terminée. Que les cadres du clan Gbagbo de l`Ouest et du Sud-ouest relaient cette information auprès des populations des campagnes.

Tous nous devons nous inscrire sur la voie de la réconciliation que prône le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA.

Fait à Jacquesville, le 08 mai 2011

P/Le Ministre de la Défense
Le Porte-parole
Capitaine ALLA Kouakou Léon