La Nouvelle Tribune

Côte d'ivoire: enlisement de la situation

Espace membre

Abidjan - Plusieurs mois déjà que dure la crise ivoirienne. Alors que Charles Blé Goudé a officiellement appelé ses fidèles (les jeunes patriotes) à barrer la voie à tous les ennemis de la Côte d'ivoire, les convois de l'ONUCI sont de plus en plus la cible des jeunes dans les quartiers populaires d'Abidjan. Des forces de l'ONUCI sont accusées d'avoir attaqué des stations services après l'annonce de l'interruption de l'approvisionnement de leur base. Des commerces étrangers sont attaqués et pillés, l'armée est accusée d'avoir tiré sur des enquêteurs onusiens. Résumé de la situation de ces derniers jours...

Les ivoiriens qui ont longtemps évité les affrontements dans leur capitale économique, Abidjan, sont-ils en train de remettre en cause cette règle? Abidjan qui a jusque là été plus ou moins épargné par les conflits est depuis quelques jours le théâtre d'affrontements sanglants entre partisans d'Alassane Ouattara et les forces de Laurent Gbagbo.

En effet Ouattara qui ne croit plus en la capacité de  l'union africaine à résoudre la crise, a appelé ses partisans par la voix de son premier ministre Guillaume Soro, à initier une révolution populaire, encouragé par les événements de la Tunisie et de l'Egypte. Après les événements d'Abobo (quartier favorable à Ouattara) où plusieurs scènes de guérilla ont eu lieu, un commando surnommé "commando invisble" a attaqué les forces fidèles à Gbagbo. Des rumeurs font état de la présence des forces de l'ecomog (cedeao) parmi les populations civiles, et seraient même des instigateurs du fameux commando invisible.

Pendant ce temps l'UA vient de prolonger d'un mois la mission du panel des chefs d'Etats chargés de proposer des solutions contraignantes aux deux antagonistes.