La Nouvelle Tribune

Deux Français sur la liste des proches de Gbagbo nient les accusations

Espace membre

Un couple de Français figurant sur la liste de 59 proches de Laurent Gbagbo visés par des sanctions de l'Union européenne, nie en bloc les accusations de violation de l'embargo et affirme ne pas connaître le président ivoirien sortant. "On nous reproche d'être susceptibles d'agir en violation de l'embargo", a déclaré mercredi à l'AFP Frédéric Lafont, qui séjourne actuellement dans les environs de Nîmes et s'est dit "très surpris" de se retrouver sur cette liste aux côtés de son épouse, née Louise Esme Kado.

L'UE accuse cet entrepreneur de 41 ans d'avoir transporté des armes avec sa compagnie aérienne Sophia Airlines. "C'est la Banque centrale d'Afrique de l'Ouest (BCAO) qui nous a affrété les avions" pour transporter des fonds, a-t-il assuré, confirmant une information du site internet de France-Soir. "On peut le prouver, on a les factures".

M. Lafont, qui a passé 15 ans dans la Légion étrangère avant de s'implanter dans les années 2000 en Côte d'Ivoire où il dirige deux sociétés de sécurité employant 4.000 personnes ainsi que des hôtels et restaurants, dénonce un "règlement de comptes, une imposture".

"Il n'y a aucun fait, aucune preuve, c'est purement diffamatoire. Etre sur cette liste me pose énormément de problèmes, j'ai des menaces de mort tous les jours par le clan Ouattara", dit-il.

S'il a rencontré Laurent Gbagbo à deux reprises "dans un cadre sportif", Frédéric Lafont affirme "ne pas le connaître, ni de près ni de loin". Par ailleurs, il dit avoir affrété un de ses avions "pendant la campagne présidentielle pour Alassane Ouattara" et être venu en aide à des observateurs de l'UE "alors qu'ils étaient en difficulté dans le nord du pays". "Je n'ai jamais fait de politique, moi c'est les affaires, le business", insiste-t-il.

Quant à son épouse, elle "n'est absolument pas la nièce" du président ivoirien sortant, "contrairement à ce qui a été dit dans la presse en Côte d'Ivoire, et ne l'a jamais vu de près". L'avocat du couple, Me Gilbert Collard, a annoncé son intention de contester "cette décision farfelue" auprès de la Cour de justice européenne.

"Ce qui m'intrigue, c'est pourquoi l'Union européenne va-t-elle jusqu'à pousser l'excès de zèle anti-Gbagbo au point d'interdire de territoire français des Français... On touche au caractère complètement délirant du fonctionnement de l'institution européenne en Côte d'Ivoire", a-t-il estimé.

L'UE a approuvé fin décembre des sanctions contre 59 proches de Laurent Gbagbo, désormais interdits de visas pour l'Union.

Selon Christine Fages, porte-parole adjointe du ministère français des Affaires étrangères, figurent sur cette liste "les personnes dont l'Union européenne estime qu'elles font obstruction au processus de paix et de réconciliation nationale et en particulier menacent le bon aboutissement du processus électoral. Cela peut être le cas de ressortissants ivoiriens comme européens ou autres".

"Si cette liste, qui concerne uniquement les restrictions de visas, n'a pas pour effet d'obliger la France à refuser l'entrée à ses propres ressortissants, le champ des sanctions européennes devrait être prochainement élargi à d'autres mesures pouvant les affecter", a-t-elle ajouté.