La Nouvelle Tribune

L'Afrique du Sud rejoint les Bric (grands pays émergents)

Espace membre

Il ne faudra plus parler de Bric mais de Brics. Le 24 décembre, la Chine, qui assure la présidence tournante des Bric, a invité l'Afrique du Sud à se joindre à ce groupe de grands pays émergents associant le Brésil (le B), la Russie (le R), l'Inde (le I) et la Chine (le C). Un «S» supplémentaire pour «South Africa» complétera le sigle.

Cette information a été confirmée par le chef de la diplomatie chinoise, Yang Jiechi, et par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane. «Hu Jintao (le chef de l'État chinois) a également adressé une lettre au président sud-africain, Jacob Zuma, l'invitant à assister au troisième sommet des dirigeants des Brics au premier trimestre 2011 en Chine», a précisé la ministre sud-africaine.

 

Imaginé en 2001 par les équipes de gestion d'actifs de Goldman Sachs, le concept de Bric est devenu par la suite une réalité politique. Tenant désormais des sommets réguliers, le groupe fait entendre sa voix. Il est vrai que les Brics devraient représenter 61 % de la croissance mondiale en 2014, selon le FMI. Première économie du continent africain, l'Afrique du Sud a un produit intérieur brut (PIB) qui ne représente qu'un quart de celui de l'Inde. Mais les échanges entre la Chine et l'Afrique explosent depuis les débuts de la décennie. Sur les onze premiers mois de 2010, la hausse est de 43,5 %.