La Nouvelle Tribune

Abidjan: plusieurs morts dans l'attaque d'un bureau de Ouattara

Espace membre

A Abidjan, dans le quartier populaire de Yopougon, plusieurs personnes ont été tuées lors d’une attaque menée mercredi soir dans un bureau du parti de l’opposant Alassane Ouattara, candidat à la présidentielle. L'AFP fait mention de huit personnes tuées, des sources internationales parlent de quatre morts. Selon ces mêmes sources, cette attaque délibérée est le fait de la gendarmerie ivoirienne. Officiellement, les gendarmes étaient à la recherche d'une cache d'armes. «Les gens à l’intérieur ont hurlé et les hommes armés ont commencé à tirer», tuant plusieurs personnes, a indiqué à l’AFP l’un d’eux, sans préciser l’identité des assaillants.

Ce dernier a expliqué qu’une cinquantaine de partisans de M. Ouattara étaient alors à l’intérieur, attendant l’annonce des résultats du scrutin, qui n’est finalement pas intervenue. Le sol du bureau était maculé de sang et des impacts de balles étaient visibles sur les murs, a constaté un journaliste de l’AFP. Une quinzaine de personnes ont été blessées, selon une source hospitalière, dont plusieurs par balles.

Fausse information d'Euronews

L'attaque s'est déroulée aux alentours de 23h30, c'est-à-dire quelques minutes après qu'Euronews a annoncé par erreur, la proclamation de la victoire de Ouattara par la Commission électorale indépendante (CEI).

Vers 7h30 ce matin, en représaille, des militants d'Alassane Ouattara ont mis à sac le siège du mouvement du président sortant, Laurent Gbagbo, également situé dans le quartier de Yopougon à une centaine de mètres du local attaqué de Ouattara. Plusieurs véhicules ont été brûlés et une personne a été blessée à l'arme blanche.

{youtube}UAUEfY4v23k{/youtube}

«Dans les meilleurs délais»

«Nous encourageons la publication des résultats par la Commission électorale indépendante dans les meilleurs délais», a déclaré ce jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

La France «exhorte les acteurs ivoiriens à tout faire pour permettre un climat politique apaisé et serein», alors que celui-ci est très tendu dans le pays dans l’attente des résultats.

Le président de la CEI Youssouf Bakayoko a demandé mercredi soir aux Ivoiriens «d’être patients, d’être compréhensifs», et de laisser à son institution «le temps de travailler en toute sérénité».