La Nouvelle Tribune

Interdiction de manifester au Togo

Espace membre

Fin de partie pour l'opposition togolaise: toute manifestation «à caractère contestataire des résultats de l'élection présidentielle» du 4 mars est interdite, depuis jeudi 25 mars.
Le colonel Atcha Titikpina, ministre en charge de la Sécurité et de la protection civile, justifie son décret par les échauffourées qui se sont produites le 24 mars, lors d'une «veillée funèbre» organisée par l'Union des forces pour le changement (UFC).

Le principal parti d'opposition voulait «enterrer symboliquement le régime de Faure Gnassingbé», déclaré vainqueur de la présidentielle du 4 mars avec 60,88 % des voix. Jean-Pierre Fabre, le candidat de l'UFC, revendique le même score et conteste les résultats officiels, entachés de soupçons de fraude.

{mosgoogle}Lors de cette «veillée», un revolver a été trouvé sur un homme en civil par le service d'ordre de l'UFC. Ce dernier ayant avoué être un gendarme, la foule a voulu le lyncher. Les responsables de l'UFC se sont interposés. La gendarmerie, appelée pour évacuer son agent, a dispersé la manifestation à coups de grenades lacrymogènes.
(liberation)