La Nouvelle Tribune

Candidature unique de l'opposition togolaise

Espace membre

Regrettable échec du conclave de Paris

C’est un secret de polichinelle que de dire que l’opposition togolaise était en conclave à Paris à l’instigation de François Esso Boko, ancien ministre de l’Intérieur, pour tenter de désigner un candidat unique en vue de la toute prochaine présidentielle dans notre pays, le Togo. Cette réunion fait suite aux deux précédentes à Lomé autour de Godwin Tété, Komlan Alipui, Elias Kpétigo… et Paris I avec le MO5 et CMAF. Les travaux proprement dits de Paris II, autre initiative, ont donc débuté dans la capitale française hier mardi 09 avec la présence effective des principaux concernés : Brigitte Adjamagbo-Johnson de la CDPA, Agbéyomé Kodjo de l’OBUTS, Yaovi Agboyibo du CAR, Jean-Pierre Fabre de l’UFC. Mais également Kofi Yamgnane, le candidat indépendant abusivement recalé par la Cour Constitutionnelle. Les travaux se terminent ce jour mercredi 10 avec, comme prévu, une conférence de presse.

Mais au regard de sérieux couacs qui ont émaillé la première journée, nous pouvons d’ores et déjà dire avec regret qu’il y a de l’eau dans le gaz. La fumée blanche tant espérée a du mal à sortir, disons pour « l’instant » pour ne pas désespérer le peuple. Maître Yaovi Agboyibo reproche aux initiateurs la méthode adoptée, une méthodologie qu’il qualifie de « piège » et de « fait accompli » au point de claquer la porte des discussions. A ce tournant aussi crucial de l’avenir du Togo, ses détracteurs ont vite trouvé une explication à son attitude.

Certains observateurs estiment, à tort ou à raison, que ce conclave ressemble beaucoup plus à un soutien de l’initiateur au candidat de l’UFC qu’à une discussion pour choisir un candidat unique. Ils citent la déclaration de l’initiateur la veille des assises sur France Ô, une chaîne du groupe France télévision, où il dit en substance soutenir le candidat du parti le mieux implanté au Togo.  Faisons le pari que Paris ne soit pas le tombeau de ce beau projet salvateur. Que les concernés mettent de l’eau dans leur Sodabi (boisson locale) pour le devenir du Togo.

Décor : Les initiateurs ont présenté aux participants un document élaboré qui propose, entre autres, Jean-Pierre Fabre candidat unique de l’opposition et Koffi Yamgnane son Directeur de campagne, et en cas de victoire le Premier Ministre. La proposition des postes ministériels aux formations politiques dont 2 à la CDPA et davantage à l’OBUTS, etc.  Agbéyomé Kodjo a demandé que les candidats soient respectés. Il a  dit de faire coûte que coûte de 2010, une année de L’Alternance politique au Togo. Jean-Pierre Fabre regrette la rétractation de certains leaders qui lui disaient jadis qu’ils étaient prêts à soutenir sa candidature si Gilchrist Olympio considéré, malgré lui, comme le nœud du problème togolais n’était pas désigné. Maintenant que par la force des choses, il (Fabre) est devenu le candidat de l’UFC, il digère mal leur rétractation qui démontre que les sentiers de la politique sont difficilement pénétrables.

Du côté des socio-démocrates togolais de la CDPA, le principe de la candidature unique ne pose aucun problème, affirme-t-on. Ils disent le clamer depuis des lustres. Brigitte Adjamagbo-Johnson l’a réitéré mais déplore gravement la manière d’aborder le problème dans le conclave de Paris. Elle souhaite que les deux têtes désignées (Président et Premier Ministre) soient tous des candidats pour pallier à tout concours de circonstance, puisque le pouvoir trouve abusivement douteuse la naissance de Kofi Yamgnane. Elle a, par ailleurs, demandé à avoir copie du document élaboré pour étude, sans succès. Se sentant également flouée, la candidate de la CDPA ne s’est pas présentée à la séance d’aujourd’hui 10 février. Elle a indiqué que son parti reste ouvert aux discussions. Son parti la CDPA qui vient de sortir une déclaration dont voici la teneur :


Déclaration de la CDPA relative à réunion de Paris

La CDPA s’étonne de la manière cavalière dont s’est tenue à Paris ce jour une rencontre informelle et sans ordre du jour annoncé.

Elle s’étonne que l'on proclame sur les medias que les candidats de l’opposition ont décidé de soutenir la candidature de Monsieur Jean-Pierre FABRE investi par l’UFC alors qu’une mission de conciliation et de facilitation a été confiée par les candidats à Mr Kofi Yamgnane afin d’arriver à cette candidature unique. Une réunion a même été convoquée par ce dernier pour  mercredi 10 février 2010 à Lomé pour continuer les discussions.

Cette procédure cavalière et opaque met en péril la recherche d’une candidature unique tant souhaitée par le peuple togolais.

Pour être viable, une candidature unique suppose une adhésion volontaire et négociée de toutes les parties prenantes sinon elle est vouée à l'éclatement dès sa naissance. Les expériences de 1993 et de 2005 sont encore présentes dans les esprits.

{mosgoogle}Dans ces conditions la CDPA ne saurait accepter des conclusions hâtives et furtivement annoncées  avant même qu 'elles ne soient discutées par les parties prenantes. La CDPA souhaite que les discussions en cours à Lomé aboutissent le plus rapidement avant l'ouverture de la campagne.

Lomé, le 9 février 2010
Le Secrétaire Général
Prof. Léopold M. GNININVI
(Mo5-togo.com) en partenariat avec icilome