La Nouvelle Tribune

Deux jours de deuil national en Guinée

Espace membre

Le double jeu de Dadis

Alors que le nombre de victimes ne cesse de croître, le président guinéen a lors d'une sortie télévisée décrété deux jours de deuil national.

Plus le temps passe, plus le régime du capitaine putchiste pose des actes contradictoires. Nous en avons pour preuve la première sortie médiatique du chef de la junte, qui n'a pas hésité a affirmé ne pas être au courant de l'existence des morts, et qui plus tard a affirmé sur les ondes d'une radio internationale être désolé.

Bon nombre de guinéens confirment avoir été témoins de plusieurs exactions commises par les militaires: bastonnade, tirs à balles réelles, pillages des magasins, viols dans l'enceinte du stade et disparition de certains citoyens. Toutefois, il est difficile de confirmer ces dires, vus l'absence des médias sur les lieux des crimes.

{mosgoogle}Plus grave, Le Président de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo a lui aussi été menacé de mort à son domicile. Désavoué par son "père" Wade, et par la communauté internationale Dadis se retrouve dans une spirale qu'il ne contrôle plus, au point où il a été obligé de décréter deux jours de deuil national alors que les crimes et intimidations se poursuivent selon certaines sources. Une question vient à l'esprit de tout observateur: Le chef de la junte joue t-il un double jeu, ou ne contrôle t-il plus tout simplement la situation?

Pour l'heure le manque d'informations  nous empêche de répondre à cette question objectivement

Michael C