La Nouvelle Tribune

Côte d’Ivoire :

Espace membre

Le FPI promet de gagner la présidentielle au 1er tour
Le secrétaire national chargé des élections au Front populaire ivoirien (FPI, au pouvoir), Sokouri Bohui, a déclaré dimanche, que son parti est sûr de remporter la prochaine présidentielle au premier tour si elle est organisée dans des conditions transparentes. « J’ai toujours dit qu’il faut faire des élections transparentes. Ceux qui ont pris les armes contre nous ont dit que c’est parce que les élections de 2000 étaient mal organisées. Donc aujourd’hui il faut organiser des élections transparentes » a soutenu M. Sokouri Bohui.

Selon lui, si le pays va aux élections en l’état actuel avec des listes truffées de fraudeurs, cela suscitera « la bagarre ».

« Nous sommes dans un gouvernement où il y a tout le monde, à notre détriment », a encore dit M. Sokouri Bohui, par ailleurs député de Koumassi (commune au sud d’Abidjan),

« Il y a des ministres PDCI, RDR, FN et du PIT. Il y a des ministres qui rament à contre courant. Ils sont dans un gouvernement mais ils ne travaillent pas parce que le président va en bénéficier. Et ca n’arrange pas le FPI » a expliqué le chargé des élections du parti de Laurent Gbagbo.

« Donc nous nous sommes pressés pour retrouver notre gouvernement. Je vous le dis, si ces élections sont transparentes, nous allons gagner au premier tour. Sur ça, nous n’avons pas de problème », a-t-il poursuivi.

Soukouri Bohui a également accusé les deux principaux adversaires du FPI que sont Alassane Dramane Ouattara du Rassemblement des républicains (RDR) et Aimé Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’avoir amené la guerre en Côte d’Ivoire et de l’avoir soutenu.

Pour sa première visite officielle en Côte d’Ivoire depuis l’élection de Laurent Gbagbo en l’an 2000, Blaise Compaoré s’est prononcé sur la tenue de l’élection présidentielle prévue le 29 novembre prochain, faisant planer le doute sur le respect de cette date.

« Je crois que les Ivoiriens se disent qu’il faut aller à des élections propres et crédibles pour la Côte d’Ivoire, comme pour la communauté internationale », avait expliqué Compaoré vendredi.

« Vous savez qu’il y a aussi des attentes pour que cette date fixée au 29 novembre ne soit pas modifiée » avait encore dit le facilitateur.

"Mais je crois que le plus important c’est qu’au regard de ce que nous savons des processus électoraux en Afrique, nous ne pouvons pas nous précipiter à aller à des élections si nous savons qu’après nous allons nous retrouver dans des contentieux à gérer parfois pour des années encore ».

{mosgoogle}« C’est pour cela que je pense que nous devrons veiller à ce que la liste électorale qui va sortir soit une liste fiable, une liste de consensus et à partir de là on peut être certains que les élections souhaitées seront des élections crédibles pour la Côte d’Ivoire, la communauté internationale et surtout une base pour la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire et redonner confiance à toute la communauté nationale » avait conclu le président du Burkina Faso.
(Apanews)