La Nouvelle Tribune

Heurts à Conakry

A lire

USA : un fils de Mohammed Ali victime du décret Trump?

Afrique du sud: les victimes d’hier, agresseurs d’aujourd’hui

se connecter
se connecter
Pour nombreux observateurs,  cet axe reconnu pour sa fronde et pour son hostilité au régime de Conté avait signé un pacte de paix et d’alliance avec le président du CNDD. Mais cette manif du 27 août prouve à suffisance le contraire.  C’est encore du fil à retordre pour la junte qui fait face à l’heure aux mécontents de tous genres, malgré des mouvements de soutien téléguidés qui fusent de partout pour demander au Capitaine de se présenter aux élections en 2010. Si pour l’instant  on ne sait pas qui est derrière ce mouvement de jeunes, il faut absolument craindre le spectre de janvier-février 2007.  

La semaine dernière, lors de sa deuxième conférence de presse, le Capitaine Dadis avait accusé les forces vives de pousser les jeunes à la rue. « Ils demandent aux jeunes de sortir alors que leurs enfants sont dans le luxe. Désormais, s’ils vous demandent de manifester, dites-leur de prendre le devant avec leurs enfants », avait-il suggéré. Le divorce entre la junte et les Forces Vives est déjà consommé. C’est désormais le bras de fer si la classe politique refuse la probable candidature du Capitaine Dadis Camara aux élections de 2010 que des femmes veulent plébisciter encore ce 27 août au palais du peuple.
Aboubacar Mamadou Camara