La Nouvelle Tribune

De Sarkozy ou Obama, qui a le mieux parlé à l'Afrique ?

A lire

Afrique du sud : Jacob Zuma choqué des inégalités entre noirs et blancs malgré la fin de l’apartheid

Il y a pire que le terrorisme islamiste selon Bill Gates

se connecter
se connecter
En écoutant parler Obama, on a l'impression qu'il a lu des livres vivifiants comme The White Man's Burden de William Easterly ou Dead Aid de l'économiste zambienne Dambisa Moyo, très critiques sur la pratique de l'aide au développement ces dernières décennies. On a l'impression qu'il a parlé avec les responsables américains des nombreuses fondations qui soutiennent des expériences innovantes sur le continent. On se dit qu'il a au moins survolé quelques-uns des passionnants blogs écrits en anglais et consacrés à l'innovation en Afrique.

En relisant le discours de Dakar, on se dit que celui qui l'a écrit -le conseiller présidentiel Henri Guaino- a beaucoup lu les romans africains d'il y a cinquante ans, et les récits des anthropologues de l'époque coloniale. Ce sont, à première vue, des détails, mais ils posent une question fondamentale : celle du renouvellement du regard de la France sur une Afrique contemporaine dont il s'agit de saisir le mouvement.
Théophile KOUAMOUO

En partenariat avec RUE89