La Nouvelle Tribune

Guinée-Bissau

A lire

Gambie : un autre pro-Jammeh limogé

France : à la télé, le rappeur Passi balance sur le pillage de l’Afrique et le Franc CFA

se connecter
se connecter
Des voix s'élèvent déjà à Bissau pour demander que le processus politique soit revu. Vendredi matin, Serifo Djalo, le chef du groupe parlementaire du Parti de rénovation sociale (PRS) a mis en doute la réalité du coup d'Etat et a estimé que les conditions n'étaient plus réunies pour que l'Assemblée nationale puisse continuer ses travaux. Trois mois après le sanglant assassinat de Nino Vieira, la Guinée-Bissau s'enfonce dans la crise politique.

(RFI)