La Nouvelle Tribune

Djimon Hounsou

Espace membre

Itinéraire d’un Béninois à Hollywood
Né un 24 avril de l’année 64 à Cotonou, la capitale de l’ancienne République du Dahomey (Bénin actuel), Djimon Hounsou va vite quitter le cocon de cette partie de l’Afrique pour se rendre à Lyon, en France chez ses frères. Il n’a que 13 ans en ce moment lorsqu’il débarque en pleine ère giscardienne, celle du scandale des diamants... de Bokassa.


En mai 1987, l’enfant prévu pour faire des études lâche tout pour aller « se chercher » dans la capitale française. Une fois là-bas, la vie n’est pas comme il le pensait : grand, beau, mais à la rue. Vagabond errant dans la ville lumière, il vivait sous les ponts, fouillait les poubelles. Un matin, alors qu’il prenait sa douche dans la fontaine en face du centre Beaubourg, il est repéré par une personne travaillant pour Thierry Mugler. Tout de suite, son physique harmonieux, sa beauté plastique et son teint d’ébène lui sauteront aux yeux. C’est ainsi que le styliste et designer Thierry Mugler va le sortir des égouts pour le faire marcher sur les podiums à Paris et Londres.

D. Hounsou et sa femme
Mannequin pour cette prestigieuse marque, Djimon posera pour un album de couturier qui le mènera jusqu’à Los Angeles, en 1990. Une fois là-bas, il tourne dans trois vidéos réalisées par David Fincher : Roll With It, Express Yourself et Straight Up, avec les participations respectives de Steve Winwood, Madonna et Paula Abdul. Il pose également pour le livre de photos d’Herbert Ritts Men and women et participe à la vidéo de Janet Jackson, Love Will Never Do Without You.
{mosgoogle}
Ses rêves grandissant, l’enfant de Cotonou ambitionne de devenir acteur de cinéma. Il côtoie certains acteurs et réalisateurs dans le quartier d’Hollywood où il interprète de petits rôles. En 1997, à force de persévérance, il obtient son premier grand rôle dans le film Amistad, de Steven Spielberg, dans lequel il joue Cinqué, un Africain capturé au XIXe siècle par des négriers et qui s’est révolté. Ce qui le révèle au grand public.

Par son physique imposant et ses origines africaines, les réalisateurs font de lui l’acteur parfait pour « les rôles de "costaud" ou d’indigène plus bon et intelligent que ne le font croire les autres ». Ainsi, il fait plusieurs apparitions remarquées dans des super productions, dont Gladiator de Ridley Scott, en 2000, avec des rôles de détective dans Le Boulet en 2002, de soldat soudanais dans Frères du désert, de motard dans Biker boyz en 2003 et de chef tribal dans Lara Croft Tomb Raider le berceau de la vie. En 2004, le réalisateur Jim Sheridan lui permet toutefois de varier son jeu d’acteur en lui permettant d’incarner un mystérieux artiste peintre, voisin d’une famille irlandaise fraîchement débarquée à New York, dans In America qui lui valut sa première nomination aux Oscars.

En 2006, c’est la consécration totale. Il est nominé une seconde fois dans la catégorie Meilleur second rôle aux côté de Leonardo DiCaprio, pour sa prestation dans Blood Diamond. Un film engagé d’Edward Zwick qui dépeint la violence dans laquelle l’exploitation et le commerce des diamants ont plongé le Sierra Leone. Le tournage de ce film en Afrique a marqué Djimon Hounsou. Il se confiait aux journalistes lors de la réception de son prix en ces termes : « Je suis le premier Africain nominé aux Oscars, donc j’espère que ça m’aidera à faire de belles histoires. J’’ai maintenant une compagnie de production, Belly Serpent Productions, qui développe des projets et je suis prêt à m’investir en Afrique ».

En cette année 2009, l’acteur africain d’Hollywood interprète le rôle de l’Agent Henry Carver aux côtés Dakota Fanning, Camilla Belle, Chris Evans, un film sorti sur les écran en France au mois de février. La rumeur du moment raconte qu’il pourrait tenir le rôle principal dans le film God of War déjà adapté en jeux vidéo.

A 45 piges, L’acteur béninois Djimon Hounsou attend son premier enfant avec sa compagne Kimora Lee Simmons, divorcée en 2008 de son premier mariage avec le magnat du Hip Hop Russell Simmons, avec qui elle a eu deux filles Ming Lee (8 ans) et Aoki Lee (6 ans).
 

Filmographie (Entre parenthèses, le nom du personnage qu’il interprète.)

Cinéma
1994 : Stargate, la porte des étoiles, de Roland Emmerich (Horus)
1997 : Amistad, de Steven Spielberg (Cinqué)
1999 : Gladiator, de Ridley Scott (Juba)
1998 : Un cri dans l’océan, de Stephen Sommers (Vivo)
2001 : Le Boulet, d’Alain Berbérian (l’inspecteur Youssouf)
2001 : Frères du désert, de Shekhar Kapur (Abou Fatma)
2002 : La Porte du non retour, de Jean Odoutan (Nuhuru)
2002 : Lara Croft Tomb Raider le berceau de la vie, de Jan de Bont (Kosa)
2002 : Blueberry, l’expérience secrète, de Jan Kounen (Woodhead)
2003 : Biker boyz, de Reggie Rock Bythewood (Motherland)
2003 : In America, de Jim Sheridan (Mateo)
2004 : Constantine, de Francis Lawrence (Papa Midnite)
2005 : The Island, de Michael Bay (Laurent)
2005 : Beauty Shop, de Bille Woodruff (Joe)
2006 : Eragon, de Stefen Fangmeier (Ajihad)
2006 : Blood Diamond, de Edward Zwick (Solomon)
2008 : Never Back Down, de Jeff Wadlow (Jean Roqua)
2009 : Push , de Paul McGuigan (Agent Henry Carver)

Télévision
Beverly Hills 90210
1998 : Urgences - Saison 5, dans les épisodes : 13, 14, 15, 17, 18, 19 (Mobalage Ekabo)
2003 : Alias - Saison 3, dans les épisodes : 5, 17, 18 (Kazari Bomani)

Récompenses
Pour son rôle dans Blood Diamond, d’Edward Zwick

Nominations
Meilleur second rôle aux Oscars 2007
Meilleur second rôle aux Black Reel Awards 2007
Meilleur second rôle aux BFCA Award 2007
Meilleur second rôle aux Image Award 2007
Meilleur second rôle aux Screen Actors Guild Awards 2007
{mosgoogle}
Victoires
Meilleur second rôle aux Sierra Award 2007
Meilleur second rôle aux NBR Award 2007
Meilleur second rôle aux WAFCA Award 2007

 

ATSE N’CHO (Agoravox)