La Nouvelle Tribune

Parlement européen : Marine Le Pen humilie Hollande et la France

Espace membre

En le traitant de «vice-chancelier, administrateur de la province France», Marine Le Pen a non seulement humilié François Hollande, mais également son pays La France. Scène troublante au parlement européen hier, lors d'une session extraordinaire qui a reçu le président français, François Hollande et la chancelière allemande, Angela Merkel.

Un casting de rêve pour Marine Le Pen, présidente du front national, qui a profité de cette occasion unique pour dire ce qu'elle pense des leaders de deux des plus grands pays de l'Union européenne. «Merci, madame Merkel, de venir avec votre vice-chancelier administrateur de la province France. Monsieur le vice-chancelier, j’aurais aimé vous appeler monsieur le président de la République, mais, pas plus que votre prédécesseur, vous n’exercez cette présidence.» a t-elle lancé devant une assistance médusée. Il faut dire que la réaction de Mme Le Pen est symptomatique des reproches que fait la société française à François Hollande, voire même Nicolas Sarkozy, son prédécesseur. En effet les français ont l'impression que le pouvoir en place n'arrive pas à imposer son point de vue en Europe, et que plus grave, l'Allemagne elle, le fait facilement. On en veut pour preuve la volonté affichée par le président français, dès sa prise de pouvoir, de renégocier certains traités européens. Renégociation qu'il a dû jeter aux oubliettes, face à la témérité d'une Merkel intraitable!

Mais cela suffit-il pour imposer au peuple français cette humiliation? Fallait-il porter au grand public européen ces dissensions? Très en colère face aux insinuations de Le Pen, François Hollande a essayé tant bien que mal de reprendre l'avantage. Mais le mal était déjà fait. La France traitée de province, et lui, d'adjoint. Fière de sa prestation, Marine Le Pen n'a pas hésité à partager sur les réseaux sociaux son intervention, tout en prenant le soin de ne pas diffuser celle de François Hollande diffusant ainsi largement sa parole. Ce matin, plusieurs élus de droite dont François Fillon, ancien premier ministre ont défendu François Hollande, pointant du doigt l'humiliation de la France. «C'est inqualifiable pour une élue de la nation française de s'adresser au président de la République française dans ces conditions» a déclaré l'ancien premier ministre