La Nouvelle Tribune

Naufrages en méditerranée : Nicolas Sarkozy a la mémoire bien courte

Espace membre

S'il ya une personne que l'on n'attendait pas sur le dossier des naufrages successifs en méditerranée c'est bien l'ancien président français, Nicolas Sarkozy. Ce dernier a réagi avec compassion via le réseau social Twitter, appelant à une politique européenne commune face à l'immigration clandestine. 

Si Nicolas Sarkozy a bel et bien le droit de compatir dans de pareilles situations, il ne doit pas oublier de parler de la situation sécuritaire en Libye, premier facteur de l'explosion de l'immigration clandestine en méditerranée. De son vivant Mouammar Khadafi empêchait les immigrés de traverser la mer en sécurisant ses frontières, et sauvait ainsi de nombreuses vies. Et il n'est pas difficile de constater l'explosion des voyages clandestins depuis la chute du régime de Kadhafi. Parler d'une politique commune sans regarder en face la situation chaotique semée par la France et les USA en Libye, serait inutile. 

Bien évidemment il ne s'agit pas ici de savoir si oui ou non il fallait intervenir en Libye, un sujet qui a largement été discuté sur les plateaux télé français et européens. Il s'agit ici de parler de la fin du régime et de la transition qui a été bâclée par les belligérants. Il faut noter que les drames en méditerranée ne sont pas les seules conséquences de la politique hasardeuse des occidentaux en Libye. La guerre au Mali, le super armement de Boko Haram sont entre autres des conséquences de ce chaos. 

Des adversaires de Sarkozy sur la même longueur d'onde

La réaction de Nicolas Sarkozy a provoqué, dans la matinée, celle de la présidente du front national, Marine Le Pen, qui a rappelé au bon souvenir de ce dernier, l'origine de ces drames : comment osez-vous jouer les pompiers ? Votre politique étrangère a mis le feu à la région et accru la pression migratoire ! a t-elle rétorqué sur Twitter.  Il faut aussi noter la réaction de M. Mélenchon qui avait, bien avant la déclaration de Sarkozy, affirmé que les européens étaient responsables de cette situation pointant les guerres et la politique générale de l'Europe qui ruine les pays des immigrés. 

L'Afrique encore plus coupable

Si les immigrants prennent autant de risques, bravant la mer, les tempêtes, mais aussi le désert, la soif et les terroristes pour ne citer que ceux-là, c'est avant tout la faute des gouvernements africains. Ceux-là même qui détournent les biens de leurs peuples sans penser aux conséquences. Ces gouvernants qui donnent l'impression de ne pas être au courant de ces drames. Il faut quand même signalé que le nombre d'immigrés clandestins ayant perdu la vie, sur ce qu'on peut désormais appeler la mer "macabre", avoisine, sinon dépasse le nombre de morts du Titanic. Paix à ces âmes!