La Nouvelle Tribune

Brésil: Dilma Rousseff sous la menace d’une destitution

Espace membre

Au Brésil, le régime de Dilma Rousseff tangue et la présidente est menacée de destitution. Deux raisons expliquent ce sale temps que vit l’actuel gouvernement du géant sud-américain. La première est la crise économique avec un pays au bord de la récession.

La seconde et plus grande raison est un scandale de 3 milliards d’euros touchant le géant pétrolier du Brésil Petrobras. Il s’agit de détournements de fonds des comptes de Petrobras. Les faits se sont produits pendant que Dilma Rousseff était la présidente du conseil d’administration de la firme. Dans cette affaire, plusieurs députés et sénateurs, en majorité proches du pouvoir, sont soupçonnés par la justice d’avoir reçu des pots-de-vin. Se demandant comment en tant que présidente du Conseil d’administration de Petrobras au moment des faits, Dilma Rousseff a pu laisser passer cette affaire, environ 1,5 million de Brésilien sont descendus dans les rues ce dimanche 15 mars pour exiger sa destitution.

C’était une véritable journée de marche contre Dilma qui est actuellement à moins de 23% de popularité. Les Brésiliens ont manifesté leur mécontentement dans plus de 80 villes du pays. A Sao Paulo (capitale économique) seul, on avance le chiffre de près d’un million de marcheurs. En dehors du Brésil, il y a eu des marches anti-Dilma à Londres, à Buenos Aires et à Sydney. Pour calmer le jeu, le gouvernement a évoqué par la voix de son ministre de la justice une série de mesures en vue contre l’impunité et la corruption. Ces mesures seront annoncées dans les tous prochains jours par la présidente elle-même. Cela sera-t-il suffisant pour éteindre ce feu de plus en plus incandescent sur lequel se trouve l’héritière politique de Lula da Silva ? L’avenir nous le dira.