La Nouvelle Tribune

Libye : retour imminent des occidentaux pour le «service après vente»

Espace membre

Tant voulu et réclamé par des chefs  d’Etat africains, les occidentaux pourraient bientôt revenir en Libye pour assurer « le service après vente ».  En attendant les nouvelles résolutions du Conseil de sécurité  de l’Onu prévu pour ce mercredi à New-York, l’Italie a donné de la voix. 

Au parlement italien, mardi,  Paolo Gentiloni, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que le temps fait défaut pour le succès d’une solution politique. A son avis l’état de la situation en Libye nécessite des actions d’urgence avant que le pire n’arrive. L’Italie apparaît être l’Etat européen le mieux placé pour alerter sur la gravité  de la situation.  A 350km de ses côtes, l’organisation terroriste Etat islamique (Ei) opère. A cet effet a-t-il expliqué, la Libye est devenue un pays au territoire vaste sans institutions fonctionnelles et qui représente une sérieuse menace pour la stabilité en Afrique. La grande crainte de son pays, est l’arrivée massive de migrants.

Libye : se sentant menacée, l'Italie va envoyer 5000 hommes

Jusqu’à présent, les puissances occidentales se refusent l’idée d’une intervention militaire en Libye, prétextant qu’ils recherchent une résolution pacifique et politique de la crise. Mais ils pourraient être contraints de soutenir l’Egypte qui après la décapitation de 21 chrétiens coptes a opté pour une intervention militaire en Libye afin d’anéantir l’Ei. Après  la pluie de bombardement que l’armée égyptienne a provoqué sur des positions de l’Ei en Libye, le maréchal président  Abdel Fattah Al-Sissi et son ministre des Affaires étrangères réclament une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu pour une intervention militaire internationale. Et l’Italie s’est déjà déclarée prête à envoyer près de 5000 soldats dans le pays de Kadhafi si l’Onu donnait le feu vert.