La Nouvelle Tribune

Sénégal : quand Wade appelle Obama et Hollande à l'aide

Espace membre

Abdoulaye Wade, l'ancien président sénégalais ne sait plus à quel saint se vouer. Son fils, Karim Wade emprisonné depuis quelques années ne semble pas voir le bout du tunnel. 

En effet accusé d'enrichissement illicite, en clair, de détournement de biens publics, Karim Wade croupit en prison depuis la campagne lancée par le nouveau président, Macky Sall pour la lutte contre la corruption au Sénégal.  Après plusieurs menaces et tentatives d'intimidation, "Gorgui" comme il se fait appeler au Pays, ne sait vraiment plus quelle stratégie adopter pour arriver à sortir son fils chéri du pétrin. 

Dernière trouvaille, solliciter l'aide de Barack Obama et de François Hollande. Pour Abdoulaye Wade, ces derniers « doivent prodiguer des conseils à l’actuel Président de la République qui veut diriger le Sénégal comme une monarchie, transformant par des actes quotidiens le système démocratique du pays qui a toujours été l’exemple-phare de la démocratie en Afrique, de Léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade en passant par Abdou Diouf, en système népotiste»

Il dénonce le fait que son fils ait été arrêté sur la base de simples soupçons et non de preuves concrètes, mais aussi le fait qu'une vingtaine de ses proches soient interdits de sortie du territoire sénégalais depuis le début de l'opération menée par le gouvernement. Abdoulaye Wade voit derrière ces manigances une volonté d'écarter son fils des prochaines élections présidentielles, et avertit que, si la situation perdurait, elle pourrait déboucher sur une véritable confrontation.