La Nouvelle Tribune

Putsch manqué en Gambie : Yahya Jammeh regarde les corps des putschistes sans mot dire

Espace membre

De retour ce mercredi au lendemain du coup d’Etat manqué contre son régime le chef de l’Etat gambien Yahya Jammeh inquiète par son attitude. Après sa descente à l’aéroport, le président Jammeh a été conduit à la présidence où il a de ses yeux, vu le corps sans vie de ceux qui ont échoué dans leur tentative d’évincer son pouvoir en son absence. 

Entouré d’un groupe d’hommes armés aux regards crispés laissant transparaître l’irritation, le président Yahya Jammeh, est resté muet comme une carpe au sujet du putsch manqué. Il n’a pipé mot. Une attitude qui augmente la crainte d’une escalade de représailles dans le pays qu’il dirige d’une main de fer depuis 20 ans. Cette crainte est plus grande au sein de l’armée et notamment du côté de sa défense où certains officiers pourraient être accusés d’avoir manqué de professionnalisme ou d’avoir été de connivence avec les assaillants parmi lesquels se trouve l’ancien capitaine et cerveau de l’attaque, Lamin Sanneh radié de l’armée.

Au pouvoir depuis 1994 à l’issue d’un putsch militaire, le président gambien Yahya Jammeh est souvent acculé par les critiques des associations et organisations de défense des droits de l’homme qui dénoncent ses élans liberticides. Il a réussi à garder les Gambiens dans la crainte de son régime avec sa machine à dénicher des réfractaires, l’Agence nationale du renseignement (Nia) qui infiltre les civils.