La Nouvelle Tribune

Succession au Zimbabwe : Mugabe coupe de précieuses têtes pour imposer sa femme

Espace membre

Tous les voyants sont maintenant au vert pour que Grace Mugabe, la femme du nonagénaire président zimbabwéen,  prenne la tête de la puissante ligue des femmes de son parti la Zanu Pf. Et destination, la présidence du pays. 

A une semaine du congrès de ce parti, plusieurs têtes, et pas les moindres sont déjà tombées pour adouber l’ancienne dactylo devenue première dame aux côtés d’un époux.

L’une des principales têtes écartées est Joyce Mujuru. Cette femme de 59 ans considérée comme la fille du président, et qui occupe le poste de vice-présidente  du Zimbabwe depuis 10 ans est accusée  de monter un coup pour porter atteinte à la vie du vieux Mugabe.

Pour s’assurer d’avoir toutes les cartes en main afin de ne pas avoir une mauvaise surprise à ce congrès décisif, le président a réussi à faire modifier  les statuts du parti afin de désigner lui-même tous les membres du bureau politique.

Parmi des figures de proue de la Zanu-Pf clouées au pilori pour l’ascension facile de la première dame, figurent cinq ministres et deux députés qui ont commis la maladresse de ne pas être aux côtés de celle-ci pendant une tournée nationale qu’elle a effectuée.  

Au nombre des cinq ministres qui font les frais, il y a le puissant ministre des transports Nicholas Goche qui, lui est accusé d’être de mèche avec la vice-présidente  Mujuru, veuve d’un ancien général qui a joué les premiers rôles dans l’accession à l’indépendance du pays.