La Nouvelle Tribune

Gabon : les récriminations d’un avocat contre Bolloré

Espace membre

Le groupe français Bolloré, acteur clé dans la gestion de plusieurs plateformes portuaires dans les anciennes colonies françaises est de plus en plus décrié. Au Gabon, pays du défunt président Omar Bongo considéré de son vivant comme le moteur de la France-Afrique, ce groupe essuie de vives critiques. 

On l’accuse d’être le génie de la cherté de la vie sous laquelle le pays se débat comme une bête en agonie. Parmi, ceux qui ont Bolloré dans leurs viseurs, se trouve Me Aimery Bhongo Mavoungou. Un avocat gabonais qui n’est pas allé du dos de la cuillère pour imputer à Bolloré la responsabilité de la chèreté de la vie au Gabon et demandant de ce fait l’annulation de sa concession.

Numéro 1 sans pitié

L’avocat qui faisait face à la presse lundi dernier, a présenté Bolloré comme étant l’incontournable numéro1 dans le transit le transport maritime des produits de première nécessité, les produits forestiers et les produits pétroliers. Ce groupe a-t-il indiqué, a le monopole de la manutention portuaire. Mais ce qui est agaçant pour l’avocat gabonais, c’est que le groupe français qui déploie de « vieux matériels et de mauvaise qualité » offre des services plus coûteux que ses concurrents.  Dans cette situation, indique Me Aimery Bhongo Mavoungou,  le Gabon importateur à 80% de sa consommation courante, a le souffle coupé. Ce que fait le groupe Bolloré selon les déductions de l’avocat, revient à se faire une grosse fortune en triturant les consommateurs gabonais.

Comme au Bénin, Bolloré au cœur d’une polémique en Côte d’Ivoire

L’Afrique, vache à lait

Statistique à l’appui, l’avocat s’étonne du fait que, bien que n’ayant seulement que 10% de son trafic mondial en Afrique, Bolloré tire l’essentiel de son chiffre d’Affaires des ports africains (60%). Pour l’avocat, cela  ne fait l’ombre d’aucun doute, Bolloré extorque, escroque et pille le continent Noir. Il en appelle à chasser Bolloré du Gabon et si possible de toute l’Afrique s’il ne veut pas faire franc jeu.