La Nouvelle Tribune

Etats-Unis : la main tendue de Barack Obama aux Républicains

Espace membre

Comment Barack Obama va-t-il cohabiter avec les Républicains pendant les deux dernières années de son mandat ? Cette question était au cœur des analyses et supputations depuis ce mardi 04 novembre quand le Congrès des Etats-Unis (Sénat et Chambre des représentants) a basculé aux mains du parti Républicain à l’issue des élections de mi-mandat. Barack Obama, a répondu, si non en partie, à cette question lors d’une conférence de presse ce mercredi 05 novembre. Obama a visiblement tiré leçon de l’échec des Démocrates. L’actuel locataire du Bureau ovale dit avoir compris le message des électeurs et aussi celui des millions de citoyens américains qui se sont abstenus de voter. En conséquence, le président démocrate a tendu la main à l’opposition républicaine. Obama a « hâte de travailler » avec ce Congrès majoritairement républicain afin que les deux années lui restant à la tête de la première puissance mondiale «soient aussi constructives que possible.» Sur bien de sujets d’intérêts majeurs, Obama est prêts à négocier.

Ligne rouge

Néanmoins, Barack Obama n’attend visiblement pas se laisser malmener. Notamment sur la question de la réforme de l’immigration. Même si le projet ne fait pas l’unanimité au sein même de sa propre famille politique, Barack Obama a décidément opté pour le passage en force. Il maintient donc son intention de faire passer par décrets la loi sur la réforme de l’immigration. Cette réforme doit permettre la régularisation d’une partie des 11 millions de sans-papiers aux Etats-Unis. A ce propos, le président noir américain ne veut pas jouer la carte de l’attentisme. Il se dit prêt à prendre « toutes les mesures légales  possibles» qui permettront «d’améliorer le fonctionnement du système d’immigration (américain, Ndlr).»

Tous les observateurs de la vie politique américaine attendent de voir comment dans les faits Barack Obama va tirer son épingle du jeu pendant cette cohabitation. Lui qui, pour le paraphraser, affirmait dans son discours de victoire de novembre 2008, qu’il n’y a pas d’Amérique rouge (Républicain) ni d’Amérique bleue (démocrate), mais il y a les Etats-Unis d’Amérique.

Il faut noter que le nouveau Congrès entre en fonction en janvier 2015.