La Nouvelle Tribune

Divorce-homosexualité : les évêques conservateurs s’imposent, mais l’Eglise catholique fléchit

Espace membre

Après deux semaines de travaux, le synode sur la famille, qui s’est tenu au Vatican, a rendu son rapport  final ce samedi 15 octobre 2014. Intitulé «relatio synodi», ce rapport est un document de 62 paragraphes.

Cette assemblée extraordinaire convoquée depuis 2013 par le Pape François était très attendue sur la nouvelle position de l’Eglise Catholique sur les questions du divorce et du mariage homosexuel. En réalité, le souverain pontife voulait prendre le pouls des évêques et des différents courants sur les défis qu’impose le monde actuel à la famille. Et ce, sans toutefois mettre entre parenthèse l’indissolubilité du mariage.

Déjà lundi, le ton avait été donné avec des synthèses des travaux qui prônaient la miséricorde de l’Eglise vis-à-vis des homosexuels.  Les camps conservateurs ont dû batailler dur pour inverser cette tendance. Mais cette assemblée a ouvert une brèche qui pourrait conduire, dans un avenir pas si lointain, à la modification de la doctrine de l’église catholique sur la famille. Et donc du changement de sa position sur le divorce et l’homosexualité. En effet, selon le règlement intérieur, pour passer, le rapport final doit être approuvé par les deux-tiers des participants. C’est ainsi que les 183 pères synodaux ont voté chacun des 62 paragraphes du rapport final.

Résultat : trois paragraphes ont été rejetés. Ils ont pu obtenir la majorité des voix. Mais pas les deux-tiers qualifiés. Ces paragraphes traitent de la communion des personnes divorcées et remariées, puis l’accueil des homosexuels. Au nombre de deux, les paragraphes sur l’accès aux sacrements des divorcés remariés ont reçu respectivement 104 et 112 voix pour ; puis 74 et 64 voix contre. Le troisième paragraphe, qui concerne l’homosexualité, a été rejeté par 62 voix contre et 118 pour. Malgré le rejet, ces paragraphes figurent dans le rapport final. Etant donné que le document va servir de base de travail à un synode ordinaire qui se tiendra sur la même thématique en octobre 2015. C’est après cela que le Pape François pourra rendre en dernier ressort la nouvelle position de l’Eglise Catholique sur les homosexuels et les divorcés. Entre temps, on assistera à 12 mois de bataille et de lobbying entre camps conservateurs, modérés et progressistes.