La Nouvelle Tribune

Centrafrique : tension et confusion à Bangui

Espace membre

Vive tension à Bangui, la capitale centrafricaine, ce samedi avec les échanges de tirs qui ont mis le pays en alerte dans la nuit de vendredi et avec la protestation  ce matin des conducteurs de taxis  contre le meurtre d’un des leurs, tué  par des musulmans.

A quelques  pas de l’aéroport, le quartier Boy-Rabe, a été durant la nuit mouvementé par les échanges de tirs entre soldats français et anti-balaka. Une situation qui a provoqué la fermeture de l’aéroport et la suspension provisoire des vols à destination de Bangui. Les assaillants qui agissent près de l’aéroport, indique-t-on, sont habillés avec des treillis des Forces armées centrafricaines (Faca). Il pourrait donc s’agir d’éléments appartenant à l’armée ou de groupes isolés qui ont mis la mains sur des tenus militaires.

Il y a quelques jours, mardi, un soldat pakistanais membre de la Misca a été tué par un groupe d’hommes armés, dans une embuscade. Depuis lors, au total une dizaine de personnes ont déjà trouvé la mort dans des affrontements.

Les autorités de la transition tentent d’apaiser la situation et annoncent l’ouverture d’une enquête entreprise par le parquet pour que les auteurs des violences soient identifiés et châtiés.

Ce regain de violence est noté dans un contexte où la Présidente de la transition Catherine invitée à la démission par les anti-balaka, se défend des accusations de détournement d’aide apparues dans les médias.