La Nouvelle Tribune

Tunisie: Moncef Marzouki candidat à sa propre succession

Espace membre

Après Marzouki ce sera probablement encore Marzouki en Tunisie. Après un peu plus de deux ans passés à la tête du pays, le Président Marzouki a révélé ses intentions de continuer à exercer sa fonction de chef de l’Etat. 

Il a annoncé samedi, sa candidature à l’élection présidentielle de novembre prochain. Agé de 69 ans Moncef Marzouki a été porté à la tête de la Tunisie en fin 2011 par les députés de façon consensuelle pour conduire le pays dans sa transition vers la Démocratie. A l’annonce de sa candidature, le Président tunisien a déclaré qu’il se présente « sur la base d'un projet d'indépendance nationale et la défense des droits des Tunisiens ». Pour sa réélection, il pourra compter sur une alliance entre son parti le Congrès pour la République (Cpr), et le parti islamiste Ennahda qui a refusé de présenter un candidat pour ces élections.

C’est d’ailleurs cette alliance avec les islamistes qui a permis son élection par l’Assemblée nationale tunisienne. S’il se fait réélire, il deviendra le premier Président démocratiquement élu en Tunisie après l’ère Ben Ali à qui, il s’est toujours opposé. Il se présente comme un homme vertueux qui craint l’argent «sale ». « Ma candidature est un exemple de transparence. Je crains l'argent sale et il faut lutter contre ce fléau. On ne permettra pas la corruption dans (cette) première expérience démocratique » a clamé le Président Marzouki selon qui, « nul ne doit acheter le pouvoir avec de l'argent ».