La Nouvelle Tribune

Espace Uemoa

Espace membre

La libre circulation en discussions à Cotonou
Un séminaire national sur la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace Uemoa (Union économique et monétaire ouest-africaine) s’est ouvert hier au Novotel à Cotonou. Il a pour objectifs d’informer et sensibiliser les agents des administrations publiques des Etats membres de l’union sur les dispositions du droit communautaire en matière de libre circulation des personnes et des biens dans l’espace, donner suite aux recommandations du séminaire régional de 2005 de Ouagadougou organisé au profit des agents des administrations publiques, faciliter la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux, et assurer le droit d’établissement aux personnes exerçant une activité indépendante. Conscient de ces enjeux, le président de la Haute Cour de justice de l’Uemoa, Abraham Zinzindohoué, a indiqué que son institution entend réaliser la création entre les Etats membres d’un marché commun basé sur la libre circulation, la mise en place d’un tarif extérieur commun et une politique commerciale commune. C’est pourquoi, selon ses déclarations, la Cour de justice de l’Uemoa a entrepris dès son installation de former et de sensibiliser les praticiens du droit avec l’appui des partenaires techniques et financiers de l’union des séminaires nationaux et régionaux à l’attention des magistrats, avocats et opérateurs économiques sur les thèmes aussi importants que le droit de la concurrence, la libre circulation. Pour sa part, le ministre du Commerce, Christine Ouinsavi, a fait savoir que l’intégration au sein de l’union se bute à la méconnaissance et la mauvaise application des normes en vigueur, la non intégration totale par les Etats membres dans leur fonctionnement, des dispositions utiles facilitant l’usage  effectif des normes, l’existence et la culture d’un réflexe de protection nationale.
{mosgoogle}
Au cours de cet atelier, les participants vont être au parfum des règles de l’Uemoa, afin de les  mettre en exécution dans le cadre de la libre circulation. Des résolutions sont attendues à cet effet.

Jules Yaovi MAOUSSI