La Nouvelle Tribune

Burkina Faso : complot pour modifier la Constitution

Espace membre

Au Burkina-Faso un complot s’ourdit pour arriver à la modification de la constitution pour le maintien au pouvoir du Président Blaise Compaoré. Samedi, les députés du  Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti au pouvoir, ont appelé à la convocation d’un référendum pour aboutir à la révision de la constitution en faveur d’un  maintien  du Président Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans.

Ce que d’aucuns pourraient appeler « un vain appel » au regard des dizaines de milliers de personnes qui ont envahi les rues de Ouagadougou il y a quelques semaines, pour manifester leur opposition à cette idée de révision, est la manifestation d’un complot pour conduire les Burkinabés vers cet objectif.

A l’Assemblée nationale du pays, sur les 127 représentants du peuple, 80 sont du parti de Blaise Compaoré, le Cdp. A ceux-ci s’est ajouté  un autre député membres de la majorité présidentielle. Au lancement de l’appel de samedi, ils étaient ainsi 81, soit à 04 députés près des 2/3 nécessaires pour sauter le verrou de la limitation du nombre de mandat sans avoir recours à un référendum.

Dans ce schéma les pro-Compaoré multiplient des opérations de charme pour s’allier des indécis.  Depuis le début du mois de septembre, les rencontres entres partis politiques de l’Opposition d’une part et entre partis politiques de  l’opposition et le CDP du Président se sont multipliées.

Ceci d’ailleurs inquiète l’Union pour la renaissance/Parti Sankariste (Unir/Ps) qui dans un communiqué s’interroge sur l’opportunité de ces rencontres incestueuses. «Nous n’en voyons ni l’opportunité ni l’intérêt dans une situation nationale très grave, trouble et pleine de suspicions comportant tous les dangers et risques où il faut éviter la coterie et la comédie » a indiqué  l’Unir/Ps dans un communiqué signé de son président Maître Bénéwendé S. Sankara.

A bien analyser la situation sociopolitique du Burkina, ces rencontres qui se tiennent hors d’un cadre formel  englobant toutes les forces politiques et sociales du pays, n’ont de but que de réussir le complot de la révision.

Pour rappel, en décembre le Président Compaoré qui est arrivé à la tête du pays par coup d’Etat, il y a 27 ans, a évoqué l'organisation d’une consultation populaire pour son maintien. Et apparemment ses sbires sont à l’œuvre pour que   son rêve se concrétise.