La Nouvelle Tribune

Irak - Syrie : Kerry appelle à une coalition mondiale contre l’EI

Espace membre

Dans une tribune publiée dans le New York Times, le Secrétaire d’Etat américain John Kerry appelle à la formation d’une coalition internationale pour combattre l’organisation djihadiste Etat Islamique en Irak et au Levant (EI). 

Né en 2006 en Irak lors de l’intervention américaine, l’EI fait parler d’elle autrement ces derniers mois. Déjà présents en Syrie, ces « fous d’Allah » ont lancé le 09 juin dernier une offensive fulgurante en Irak. Ils ont alors pris le contrôle de plusieurs régions du nord du pays où ils multiplient les exactions contre les minorités chrétiennes. L’un de leurs actes ayant beaucoup indigné l’Occident est la décapitation la semaine dernière du journaliste américain James Foley. Depuis le 08, Barack Obama, qui est resté au départ prudent sur ce dossier, a ordonné des frappes aériennes contre des positions des combattants de l’EI en Irak. Mais cette mesure n’a pas encore montré son efficacité. Dans le même temps, Obama a reconnu n’avoir pas encore de stratégie de lutte contre l’EI en Syrie. Même si, son Secrétaire d’Etat a indiqué qu’il proposerait un plan d’action lors d’une réunion du Conseil de Sécurité de l’Onu dont les Etats-Unis prennent la tête en septembre.

Guerre internationale

Pendant ce temps, l’EI se renforce. Il a déjà proclamé un califat sur les régions conquises aussi bien au nord de l’Irak qu’en Syrie. « Si on les (EI) néglige, je suis sûr qu’ils parviendront au bout d’un mois en Europe, et un mois plus tard en Amérique », a mis en garde ce vendredi 29 août le roi Abdallah d’Arabie Saoudite. « Nous sommes confrontés à la menace la plus grave que nous ayons jamais connue », a renchéri le Premier ministre britannique, David Cameron.

 Il y a donc nécessité d’une conjugaison des efforts au niveau internationale pour combattre ce que John Kerry qualifie de « cancer ». « Nous ne permettrons pas au cancer de l’EI de s’étendre à d’autres pays. Le monde peut affronter ce fléau et au bout du compte le vaincre », a martelé John Kerry. Qui a appelé par conséquent à une « réaction conjuguée conduite par les Etats-Unis » à travers « la plus large coalition de nations possible ».

Les 4 et 5 septembre se tient au Pays de Galle un de l’Otan. John Kerry et le Secrétaire à la Défense Chuck Hagel en profiteront pour discuter de cette ambition avec les partenaires occidentaux des Etats-Unis. La prochaine étape sera de discuter avec les pays du Moyen-Orient « directement menacés » par l’EI.