La Nouvelle Tribune

Syrie: les soldats philippins en position de combat après l’enlèvement de casques bleus

Espace membre

User de leurs armes pour défendre la position des Nations Unies. Les soldats philippins en faction sur le plateau du Golan disent être prêts à le faire après l’enlèvement ce jeudi de 43 casques bleus. Ce vendredi alors que les négociations en vue de la libération des 43 soldats fidjiens des Nations unies semblent avoir débuté, le responsable de l’armée philippine pour les opérations de maintien de paix a indiqué que ces hommes bien armés, bien entraînés et disciplinés sont prêts. Cela, contrairement à l’exigence des rebelles qui demandent que les casques bleus déposent leurs armes.

Indignations

L’arrestation de ces casques bleus, par les groupes armés syriens d’opposition qui contrôlent le poste-frontière de Kuneitra sur le plateau du Golan, a suscité beaucoup d’indignations notamment à l’Onu et au Fidji. Pour le premier ministre de l’archipel du Fidji, la détention de ses compatriotes est injustifiée. Car, a-t-il expliqué, les “hommes (arrêtés) sont des soldats du maintien de la paix, pas des belligérants du conflit syrien’’. De son côté, l’Onu par la voix de son Secrétaire général, le Sud-Coréen Ban Ki-Moon, a "fermement condamné" la détention des Casques bleus fidjiens et a exigé "la levée des restrictions" contre les soldats philippins.