La Nouvelle Tribune

Mali : la rencontre des groupes armés du Nord, un couteau à double tranchant pour Bamako

Espace membre

La nouvelle est tombée ce lundi. Les groupes armés du nord-Mali qui s’accusaient mutuellement du fait de leurs divergences sont actuellement à Ouagadougou (Burkina-Faso) où ils vont, dans le cadre d’une rencontre, essayer d’aplanir leurs différends et se rapprocher afin de dégager une plateforme revendicative commune à Bamako. 

A première vue, on est tenté de crier victoire. Parce que la multiplicité de mouvements armés aux revendications divergentes et parfois contradictoires dans le Nord du pays constitue un blocage majeur à l’évolution des négociations d’Alger qui vont reprendre en Septembre prochain. Donc au retour de la paix au Mali du Président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK).  Cette rencontre, si elle aboutissait à un rapprochement, pourrait également réduire un tant soit peu, les exactions et violences commises sur les populations par les milices privées nées des dissidences des groupes armés du Nord. Ce qui pourrait donner un coup d’accélérateur à l’économie du pays avec l’arrivée sans doute de nouveaux investisseurs étrangers.

L’autre face

Mais cette rencontre de Ouagadougou pourrait  sonner le glas de la partition du pays. En effet, comme le dit un adage, les hommes ne se réunissent qu’autour de leurs intérêts; les groupes armés du nord bien que divisés par d’autres intérêts, pourraient bien se mettre d’accord sur la plus vieille revendication des Touaregs. Laquelle revendication n’est autre que l’autonomie de la partie Nord du territoire actuel du Mali.  Et si c’est le cas, Bamako devrait bien avoir des inquiétudes à se faire.