La Nouvelle Tribune

Aide Humanitaire : contesté par Kiev, le convoi russe fonce droit vers l’Ukraine

Espace membre

Le convoi à polémique. Un convoi humanitaire russe, parti de la région de Moscou, ce mardi 12 août 2014, à destination de  l’est de l’Ukraine, fait objet de bras de fer entre Moscou et Kiev. Composé de près de 300 camions, ce convoi constitue l’aide de la Russie aux populations de l’est de l’Ukraine ; victimes des combats entre les milices séparatistes pro-russes et les forces régulières ukrainiennes. L’aide est censée entrer en Ukraine par Kharkiv, une région du nord-est du pays, encore sous contrôle du gouvernement.

Pourtant, les autorités ukrainiennes ont la dent dure contre celles de la Russie, accusées de soutenir les milices séparatistes. C’est d’ailleurs pourquoi, Arseni Iatsenniouk, Premier ministre de l’Ukraine, a indiqué que son pays n’allait accepter l’aide (russe) « que dans le cadre du droit international et exclusivement de la Croix rouge » et non pas directement et unitairement de la Russie. Les responsables de Croix Rouge ont, de leur côté, annoncé que les négociations étaient toujours en cours pour qu’ils soient associés au transfert et à la livraison de cette aide humanitaire.

Des préalables définis ?

Malgré la controverse, le convoi poursuit son chemin vers l’Ukraine. Et du côté russe, on avance que des préalables avaient déjà été établis avec Kiev sur les conditions d’entrée du convoi en territoire ukrainien. « Nous avons tenu compte de tous les souhaits de la partie ukrainienne, sans exception », a réagi le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, cité par Rfi. Le chef de la diplomatie russe marque son étonnement face à l’attitude de Kiev en avançant que la Russie avait pourtant « reçu une note confirmant que la partie ukrainienne était prête à recevoir » cette aide humanitaire.