La Nouvelle Tribune

France - Laurent Fabius : « L’Irak a besoin d’un gouvernement de large unité »

Espace membre

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius est en Irak ce dimanche 10 août 2014. Là-bas, il échangera avec des hauts responsables du pays et se rendra à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, pour superviser l’aide humanitaire française aux déplacés. 

Ces déplacés sont les victimes de l’offensive des djihadistes de l’Etat islamique qui étendent leur tentacule en prenant possession de plusieurs régions de l’Irak. Jeudi dernier, Barack Obama a ordonné des frappes aériennes de l’armée américaine contre des positions des djihadistes en vue de les empêcher d’atteindre les personnes bloquées dans les monts Sinjar.

Irak : Obama a autorisé des frappes ciblées contre les islamistes de l'état islamique

Se réfugiant des attaques de l’EI, des populations, des minorités chrétiennes, se sont retrouvées dans ses montagnes avec peu d’eau et de nourriture. En plus des frappes aériennes contre les djihadistes, les Etats-Unis ont largué des cargaisons de vivres aux déplacés. Sur ce terrain humanitaire, ils sont suivis par la Grande Bretagne et la France. Samedi, Paris a promis la livraison d’équipement de premier secours.

Mais en plus de ces actions militaires et humanitaires, il faudra s’activer sur le front politique pour sortir l’Irak de la crise; étant donné que le premier ministre sortant Nouri al-Maliki est accusé d’avoir attisé les divisions confessionnelles ayant favorisé l’avancée des djihadistes de l’EI. C’est d’ailleurs pourquoi, les Occidentaux estiment qu’il faudra le remplacer par un chef de gouvernement rassembleur. A cet effet, à Bagdad, Laurent Fabius devait  s’entretenir avec le président irakien Massoud Barzani et le ministre des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari. « L’Irak a besoin d’un gouvernement d’unité, de large unité. (…) Il faut que tous les Irakiens se sentent représentés et puissent mener la bataille contre le terrorisme. Le mot d’ordre, c’est la solidarité », a déclaré Laurent Fabius.