La Nouvelle Tribune

Libye : « Urgent, le service après-vente » selon le président du Niger

Espace membre

La dégradation de la situation sécuritaire en Libye n’étonne guerre certains présidents africains dont le chef de l’Etat du Niger, le président Mahamadou Issoufou. « Nous ne sommes pas surpris, parce qu’on l’avait annoncé. Je me rappelle qu’au Sommet du G8 à Deauville, j’avais attiré l’attention sur le fait que si on n’y prend pas garde, la solution qu’on va mettre en place en Libye risque d’être pire que le Mali » a-t-il lancé sur Rfi apprenant qu’il « faisait allusion au risque de ‘’somalisation’’, au risque que le pouvoir tombe entre les mains d’intégristes en Libye ». 

Dans la situation actuelle en Libye, frontalier au Niger le président Issoufou appelle les occidentaux à un service après-vente. « Pour le cas de la Libye, je pense qu’il est urgent que le service après-vente - qui n’a pas été fait après la disparition de Kadhafi- puisse se faire ». Quand la décision d’intervenir en Libye a été prise, rappelle-t-il, «nous on n’était même pas au courant. On nous a mis devant le fait accompli. Et malheureusement, c’est nous qui en subissons les conséquences. Ceux qui sont à la base de cette situation doivent contribuer à la réparer ».