La Nouvelle Tribune

Election US

Espace membre

Le film d'Obama salué comme un «tour de force»
À cinq jours de l'élection présidentielle américaine, le film promotionnel du candidat démocrate Barack Obama, qui a recueilli une audience confortable à la télévision, est salué jeudi comme un «tour de force» et une «dernière salve» destinée à convaincre les indécis.

Mélangeant interventions très personnelles du prétendant à la Maison-Blanche, extraits de discours sur fond de musique lyrique et mini-reportages sur la vie quotidienne des Américains, la publicité télévisée d'une demi-heure a été regardé par 21,7% des foyers américains, soit plus de 26 millions, selon les chiffres provisoires de l'institut Nielsen. 

Une audience certes inférieure à celle des trois face-à-face télévisés des candidats mais largement supérieure à celle obtenue en 1996 par le candidat indépendant à la Maison-Blanche Ross Perot, qui avait réalisé un film du même genre.

Mais c'est surtout la prouesse technique qui est mise en exergue jeudi par les commentateurs médiatiques et politiques.

«Barack Obama a tiré la dernière salve dans la grande bataille des images que constitue la campagne présidentielle 2008, avec ce film commercial d'une demi-heure de plusieurs millions de dollars qui peut être considéré comme le meilleur film de l'année pour se sentir mieux», estime le Washington Post.

«Hier soir, Obama s'est livré à un 'tour de force' à la télévision digne de JFK», estime aussi le Baltimore Sun, évoquant une «production efficace et émouvante destinée à aider les téléspectateurs indécis à mieux connaître Obama». 

En outre, le film, retransmis simultanément sur sept grandes chaînes de télévision américaines, s'achève avec un passage au direct au moment où le tribun Barack Obama s'exprime devant quelque 35 000 personnes lors d'un rassemblement électoral en Floride.

«Le direct de la fin était magistral. Il réunit tous les éléments (du film) avec des angles de tournage parfaits, la musique et les interventions d'Obama devant la caméra, il fournit aussi un plaidoyer final à sa campagne», commente Joe Gandelman, rédacteur en chef de The moderate Voice cité sur le blogue du commentateur politique Marc Ambinder. 
Tout à la fois «poétique et pratique, spirituel et sensé», le film est «un élégant mélange d'images, de sons, de voix et de musique conçu non pas pour vendre l'Amérique de Barack Obama mais pour communiquer une sensibilité», ajoute le Washington Post. «Ce film transmet des sentiments, non des faits». 
Dans sa publicité télévisée, M. Obama emploie un ton patriotique, presque hollywoodien pour se présenter en bon père de famille, défenseur du Rêve américain. 
«Obama y semble aussi héroïque qu'Henry Fonda dans les Raisins de la colère», poursuit le quotidien de la capitale fédérale. 

{mosgoogle} 

«Il n'y avait pas besoin d'un grand épilogue, mais il y en a eu un: l'apparition en direct d'Obama» scandant «Amérique, le temps du changement est venu», ajoute le journal, convaincu qu'à la différence des Raisins de la colère, le «spectaculaire Obama-Rama» aura un «dénouement heureux».
Dans le film promotionnel, qui a coûté entre trois et cinq millions de dollars, selon les experts, Obama est apparu dans un bureau aux allures présidentielles pour dire que l'élection de mardi «sera un moment déterminant», une «chance» en ces «temps difficiles».

Sans citer son rival John McCain, le film «voulait prouver qu'Obama nous comprend, qu'il est concerné par les problèmes des travailleurs et des retraités», écrit USA Today. Il est destiné à «habituer les électeurs à l'idée de le voir dans le bureau Ovale tout en le présentant comme un candidat qui peut comprendre le quotidien des électeurs de la classe moyenne», poursuit le New York Times.
Mais «il est peu probable que ceux qui sont contre le jeune sénateur de l'Illinois soient influencés» par le film promotionnel, juge le Los Angeles Times, estimant que la publicité aura un «effet minime sur le résultat final». 


Chantal Valery
Agence France-Presse
Washington